Sur la mauvaise pente

Gérard et Madeleine sont amoureux. Depuis 70 ans.

Après 70 ans, ils sont toujours pas-trop-mauvais pied, bon oeil. Et bonne tête. Ils aiment rigoler, ils aiment boire une coupe de champagne, ils aiment continuer à faire leur foie gras, ils aiment se jeter des petits regards complices.

Bon, Gérard est quand même un peu cardiaque sur les bords. Il a eu un double pontage. A 88 ans. Mais si on peut me garantir d’être comme lui à son âge, je serais assez d’accord.

Bref, il y a quinze jours, ma secrétaire m’appelle le matin « Il faudrait passer voir M. Gérard avant vos consultations, il a du mal à respirer. »

En arrivant, Gérard et Madeleine sont là tous les deux pour m’accueillir, ça ne va pas trop mal. Il m’explique que ça fait plusieurs nuits qu’il a de plus en plus de mal à respirer, qu’il doit se lever vers 5 heures et que, ensuite, ça va mieux.

Bon, je me dis déjà que c’est une poussée d’insuffisance cardiaque. Qu’on va majorer un peu les diurétiques, peut-être prévoir un bilan bio et, s’il le faut, avancer la consultation cardio prévue en juin.

« Où est-ce que je peux vous examiner ? » « Oh, ben, on va aller dans la chambre. » « D’accord. »

Nous y allons, je commence à l’examiner assis au bord du lit sous le regard quand même un peu anxieux de Madeleine.

Et c’est là que j’ai un flash.

Pensant bien faire, Madeleine avait relevé les pieds du lit. Certes, elle avait mis des petites cales sous les pieds du lit, mais, elle avait aussi rajouté deux gros oreillers sous le bas du matelas. Au total, les pieds se retrouvaient bien 25 cm plus hauts que la tête. Elle pensait bien faire.

Et c’est en maniant mon stétho de la main droite, la main gauche cramponnée au bord du lit pour éviter de glisser sur Gérard que je me l’imagine. La nuit. La tête en bas comme un cochon pendu. Et que je me dis qu’on ne doit quand même pas très bien respirer dans cette position.

On a remis le lit à plat et ça va mieux.

Gérard et Madeleine fêtent leurs noces de Platine dans 5 jours. Ils se sont mariés à la St Valentin.


2 commentaires à “Sur la mauvaise pente”

Laissez un commentaire