On l’appelait Gygy

Je ne suis pas un grand habitué des conversations de filles. Je n’en suis pas une et je n’en ai pas à la maison.

Je ne fréquente pas non plus beaucoup les forums de nanas et de mamans.

Mais parfois, au détour d’un clic ou sur Twitter, je les vois parler de « gygy ».

« Gygy », un petit nom gentil qui respire la complicité et l’intimité. Un peu comme « Doudou » ou « Loulou ». Presque un parfum d’enfance.

À qui donc est destinée cette tendre appellation ? À leur mari ? À leur amant ?

Non.

Si vous êtes une fille, vous avez probablement déjà deviné : elles parlent de leur gynécologue.

Eh bien, quand je lis ce mot, mes yeux saignent (et je ne vous raconte pas lorsqu’il en est fait usage dans les commentaires sur mon propre blog ou que ça se passe chez l’ami Winckler). Je suis même sûr qu’à chaque fois qu’il est prononcé, quelque part dans le monde, un chaton meurt.

Merde, quoi ! Pourquoi essayer de faire avancer la cause des femmes, en particulier dans le domaine de la médecine si c’est pour constater que certaines sont les premières à se rabaisser à cette infantilisation ?

En écrivant ce billet je me suis demandé ce qu’il fallait en penser.

La vie privée, amoureuse en particulier, a toujours vu fleurir les mignons petits diminutifs. Un vocabulaire rarement très élégant mais affectueux. Est-ce que le « gygy » était à mettre dans le même panier que d’autres locutions qui fleurissent sur Facebook ou sur Doctissimo ? De la même eau que « zhom », « bb1. », « merki » ou « kikoo » ?

Je pense que non car, avec le « gygy », on n’est clairement plus dans le champ du cercle familial. Pour s’occuper de votre santé, de votre corps, de votre intimité, que cherchez-vous ? Un copain ? Un maître ? Ou alors un professionnel compétent ?

De quelle autre spécialité parleriez-vous ainsi ? Vous viendrait-il seulement à l’idée d’aller consulter un gégé(néraliste), un gaga(stro-entérologue), un neuneu(rologue) ou un pépé(diatre) ?

Ce qui me gêne, c’est de voir ainsi utiliser un registre de vocabulaire intime, et un peu régressif, pour parler d’un professionnel de santé. Quand bien même ce serait un pro de votre « intimité ». Pour une relation de soin équilibrée, ça se pose là.

A croire qu’en adoptant ce vocabulaire de gamin, vous acceptiez par avance un comportement autoritaire. Comme si ce n’était pas, déjà, assez fréquent que vous soyez mal-traitées, que l’on décide à votre place ce qui est bon pour vous ou que votre pudeur soit méprisée.

Alors, s’il vous plaît, arrêtez de parler de votre « gygy » et parlez de votre « gynécologue ». Ce n’est pas grand-chose, mais ce sera toujours un petit pas pour vous faire respecter. Et pour vous respecter vous-même.

Sinon, panpan cucul.

***

 

Post-scripum (24/09 23h)

Après une déferlante de commentaires, il me semble utile de préciser quelques points.

Tout d’abord, je suis désolé si j’ai blessé certaines personnes, ce n’était pas mon but. En écrivant ce billet, certes provocant, peut-être en partie maladroit, j’ai voulu donner l’occasion d’une réflexion et d’une discussion. Au moins pour le second point, c’est réussi.

Je n’ai pas voulu davantage « attaquer Doctissimo » et ses forumeuses comme j’ai pu le lire ici ou là. Je suis parfaitement convaincu du rôle que jouent le web et les communautés en ligne, en particulier dans la capacité pour les patients de se saisir de leurs problèmes de santé. Même si je ne retrouve pas nécessairement dans le ton, Doctissimo participe bien sûr à ce mouvement. Mais, visiblement, il n’y a pas que les mâles chez qui l’esprit grégaire laisse peu de place à la réflexion et à l’échange.

 

Sur le fond.

Comme je le disais dans le billet, je me suis sincèrement interrogé sur la signification de ce mot de « gygy » et sur sa singularité parmi tout un vocabulaire régressif qui fleurit sur le web (vocabulaire avec lequel j’ai globalement du mal mais c’est un autre débat).

J’ai proposé une lecture. Elle n’est probablement pas la seule et un sociologue du web pourrait probablement faire une thèse sur le sujet.

 

J’entends bien certaines explications.

Je comprends qu’il peut s’agir là d’une manière « d’apprivoiser » un domaine désagréable, gênant ou un peu effrayant. L’argument de l’autodérision me paraît tout à fait recevable.

J’entends qu’il s’agirait d’un « code » propre à une communauté. Sauf que le propre d’un code c’est que les nouveaux venus doivent s’y plier pour adhérer pleinement au groupe (bien sûr je sais que personne ne va chasser une forumeuse qui utiliserait « gynéco », je parle d’un phénomène naturel d’imitation/adhésion). Plusieurs témoignages montrent bien que ce vocabulaire n’a rien d’évident ou de plaisant pour certaines mais qu’elles finissent par faire avec. La liberté d’utiliser ou pas les mots que l’on choisit est-elle donc si totale ?

Et puis il faudra quand même me dire de quelle communauté on parle parce que ces mots débordent largement des forums de filles (cf. le lien que je mets vers Winckler).

 

Par contre, le coup du « c’est plus simple à écrire », bof. « Gynéco » (qui est une abréviation) c’est deux lettres de plus que « gygy » (qui n’est pas une abréviation mais une réduplication) c’est vraiment la mort ? Même si je sais que je suis déjà un vieux pour la génération sms.

 

Au final, bien sûr, libre à chacun et à chacune d’utiliser les mots qu’il veut. Que les Doctinautes continuent à parler de leurs « gygys » si ça leur chante.

Mais si on pouvait un peu réfléchir au sens des mots que l’on utilise, parfois sans même s’en rendre compte, ce ne serait pas plus mal. Et je suis vraiment heureux d’avoir donné l’occasion de ces échanges où, finalement, je note beaucoup de remarques constructives (dans les deux sens).

Tiens, pour le coup, je vais embarquer ma copine Jaddo !

 

En tout cas, c’est sûr, aujourd’hui ça aura été une hécatombe de chatons. Et de poneys roses.

Bookmark and Share

168 commentaires à “On l’appelait Gygy”

  • elihah :

    Jamais nommé mes différent-e-s gynécos des ‘gygys’, ça ne me viendrait même pas à l’esprit.
    Et l’ophtalmo un ‘nonof’ tant qu’on y est aussi?
    N’importe quoi.
    Bon, faut dire que je suis une féministe hystéro poilue castratrice, alors forcément ‘gygy’, j’y pensais même pas…

  • Miss Math :

    J’aime pas non plus le terme Gygy que je trouve aussi très infantilisant. D’ailleurs, je ne suis encore jamais allée chez le gynéco, mon médecin généraliste jouant parfaitement ce rôle.
    Pour le festiblog, il y aura possibilité d’acheter des livres sur place ou pas?

  • bérénice :

    Je suis une femme. Je sors tout juste d’un rdv chez le gynécologue (très sympathique au demeurant). Mais qu’on me pète les rotules à la barre à mine si jamais je devais l’appeler mon gygy. (rien qu’à l’écrire, j’ai les yeux qui saignent).

    En même temps, j’aime bien le neuneu(rologue).

  • La poule pondeuse :

    J’ai même vu des forums où les femmes parlaient de dudu (duphaston) et cloclo (clomid) -_-

  • Emilie :

    Merci!!!! Heureusement je pense que seule une minorité de femmes va chez le « gygy » et que la plupart d’entre nous vont chez le « gynéco ». Mais il était nécessaire de souligner la débilité profonde de ce néné(ologisme).

  • Babeth :

    Hey Borée, tu sais quoi??? Toi je t’aime! Nan mais sérieux, entre le gygy, le bb1/bb2 etc, le bidou (ventre) et le reste… ben j’ai parfois une grosse envie de vomir sur un chaton mort, voilà!

  • Stéphanie :

    Et que dire des « zozos » (spermatozoïdes) et autres vuvules (pauvres ovules) ? En même temps ces femmes là ont leur « ragnagnas » et une « foufounette ». Le « gygy » découle pour moi du fait que les femmes ont du mal à parler correctement de ce qui a trait à leur corps et encore plus si c’est lié à la sexualité.

  • Dr Stéphane :

    Ou alors c’est juste parce que « gygy » est plus simple à écrire sur un forum que « gynécologue » ?

    Sans rire, oui, ce « gygy » est symptomatique d’une relation de dominance/soumission totale et acceptée.
    Un problème d’éthique professionnelle et d’égo pour le médecin.
    Un problème d’affirmation de soi et d’infantilisation pour le patient, qui devient incapable de prendre une décision pour lui-même et accepte tout sans réfléchir. (et en est content)

    Cette problématique passe au dessus de la tête de beaucoup de gens.
    C’est pourtant dangereux pour tout le monde.

  • Nina :

    Pour avoir travaillé sur des sites féminins, les femmes qui utilisent le terme de gygy sont en général celles impliquées dans des traitements lourds type hormones ou carrément FIV. Le gynéco n’est donc plus qu’un simple thérapeute mais un allié dont on attend beaucoup, notamment une grossesse. Ces femmes sont obsédées par cette procréation qui ne vient pas, le gynécologue n’est donc plus pour elle un médecin qu’elles croisent une fois par an (dans le meilleur des cas) mais bien un élément de leur quotidien.

    Je ne suis pas fan de ce terme en soit et je ne me sens pas concernée pour l’heure par ces questions de fertilité. Mais j’ai la sensation que cet article nie une partie de la souffrance de ces femmes qui désirent un enfant sans réussir …

  • 10lunes :

    Merci Borée. Il fallait que ce soit dit et tu l’as très bien dit. Ces raccourcis ont l’alibi du gain de temps mais les mots ne sont pas anodins. D’ailleurs, les femmes écrivent souvent ma SF. Preuve que dans une relation équilibrée, les termes employés le sont aussi.
    PS : je souligne aux lectrices pressées que gygy, c’est plus court à taper que gynéco mais plus long que GO.

  • Miss Niet :

    Merciiiiiii pour cet article formidable !!

    J’ai l’impression que les femmes s’auto-infantilisent, ainsi que leur corps et même celui de leur partenaire. Ca rassure de voir que certains en sont aussi choqués.
    J’avoue avoir tendance à abréger « gynécologue » en « gynéco » mais cela me semble nettement moins familier. Je suis aussi la première à abréger mon propre domaine de travail en « génèt » ou « bio », donc je crois que c’est lié à ma personne plus qu’à autre chose.

    Et pour tuer un chaton de plus, il y en a même qui abrègent pilule en « lulu ». Mais bonne chance pour faire changer la mentalité de femmes-enfants de ma génération, même au quotidien c’est compliqué !!

  • Stadire (le Baby Blog de Doctissimo) :

    Bonjour, piquée par un mot en particulier, je suis venue vous lire. Comme je suis amenée à fréquenter une des communautés que vous citez, j’ai envie de mettre mon grain de sel.

    Certes, il y a du gygy, il y a même du pépé, vrai de vrai, mais il y a autre chose.
    Il y a des femmes, quantité de femmes, toutes les femmes, qui interviennent sur les espaces communautaires de Doctissimo et qui ne cessent d’échanger sur tous les modes.
    Parfois sérieux, parfois intello, parfois gagatisant, un peu comme dans la vie, un peu comme dans notre vie.

    Il y a cette femme, qui, un peu isolée, même vachement beaucoup dites-donc, prendra un pied fou à pouvoir échanger sur des thèmes qui lui sont sensibles.
    « mon gygy il est bizarre, il me parle à peine, me met à poil sur la table d’auscultation, c’est normal ? »

    Dans le cas présent, soyez sûrs que la communauté trouvera au moins quelques ressources pour lui expliquer (avec sources à l’appui) que non, ce n’est peut-être pas normal et qu’elle est en droit de demander d’être un minimum habillée ou même de changer de « gygy », voire encore de consulter une sage-femme.

    Et qu’est-ce qui est plus important finalement ? Que le mot « gygy » soit lâché ou que l’échange et l’information se fasse avec raison et pertinence ?

    Pour ma part, à force de les côtoyer maintenant depuis plusieurs années, j’ai ma réponse.
    Et si dans un premier temps ces abréviations me heurtaient, aujourd’hui elles me semblent tellement pas fondamentales.

    Certes un mot est un mot et il fait sens, certes, Lacan ne me contredirait pas, mais je crois que dans un contexte où certaines de ces femmes cherchent du soutien, la sémiotique on se la colle un peu sous le bras !

  • Martin :

    J’applaudis des deux mains!!

  • Nebullae :

    Bah moi la première fois que j’ai lu « gygy » sur un forum (fofo pour les intimes ^^) j’ai pas compris le post parce que j’ai pensé à Gigi du dessin animé de mon enfance.
    Je n’utilise pas le terme gygy je trouve ça niais. Gynéco voir gyné pour écrire plus vite, comme je dis ostéo ou stomato.
    @10lunes perso je peux pas mettre GO parce que la mienne elle est Obst justement ;-) je dois pas être la seule.

  • Pomme :

    tu ne parles pas de « lulu notre meilleure copine »?
    J’ai toujours eu du mal avec ces diminutifs censés cacher de quoi on parle.

    Mais c’est vrai aussi que sur les forums c’est peut-être juste parce que c’est plus court à écrire… qu’on le veuille où non, le langage forum n’est pas le même que le langage parlé.

  • Aurélie :

    Ah moi j’ai toujours cru qu’elles disaient gygy pour coder la conversation parce qu’aller chez le gynéco, c’est encore pas facile à assumer pour certaines. Moi j’ai 23 ans et ça va, j’assume.

  • Shetty :

    Je… je suis une fille, j’ai un gynéco, j’ai toujours dit gynéco. J’avais pas compris avant d’avoir lu l’explication. Faut être un peu fêlée… Et le proctologue, elles le raccourcissent comment? Tout n’est pas à infantiliser, et surtout pas dans la santé, merde quoi…

  • Nebullae :

    Correction, ma gynéco n’est PAS gyné-osbt justement ;-)

  • Hélène :

    Le plus amusant étant quand ces femmes qui ont un « gygy » finissent par aller chez le « génico » ;)

  • McMaman :

    Excellent, merci !
    L’auto-infantilisation, un art remarquable.

  • lorenne :

    pour ma part, je fréquente un forum, et j’appelle mon gynécologue « gygy » tout simplement parce que c’est plus court à écrire que gynécologue. Et oui, j’appelle mon futur bébé « bb1″, mon homme je le surnomme « zhom » bref…
    Et je continuerai à faire comme ça, sans pour autant m’infantiliser. Je ne l’appelle pas devant lui comme ça non plus, mais c’est tout simplement pour abréger.
    :-)

  • José Lemaire :

    je n’ avais jamais entendu (ni lu) cette expression.

    En route pour le grand jeu avec toutes les spécialités. Je commence :

    Cardilogue : caca (pardon JMV)
    Chirurgien : chichi
    Dermatologue : Dédé
    Gériatre : Gégé
    Néphrologue : Néné

    …..

  • Kiki :

    Mon dieu, mon dieu que de grands mots ! Et même que ce malheureux « gygy » (pas si fréquent quand même) participerait d’un système de dominance/séduction!!
    Allons messieurs (dames?), un peu d’humour que diable! Et si au lieu de lire ce « gygy » comme une infantilisation qui vous fait « saigner les yeux » (évocation subliminale du retour mensuel des anglais?), vous y voyiez ne serait-ce qu’un poil d’autodérision? Parce que vous savez, les filles, elles savent en rire, et faire les andouilles de leurs petites affaires intimes.. et ne se sentent pas rabaissées ou infantilisées pour autant. Cher Borée, sur ce coup-là vous n’êtes pas très détendu du slip ;o)

  • griotte :

    Et bien justement, il n’y a pas que « gygy », mais aussi pépé et gégé !!
    Mes premiers temps sur les forums de doctissimo je ne comprenais pas qu’autant de pépés donnent leurs avis sur le sommeil ou la nutrition des enfants, jusqu’au jour où j’ai compris qu’elles ne parlaient pas de « pépé Jean/Jacques/Yvon » mais bien des pédiatres de leurs enfants.

    Pour le reste, je suis complètement d’accord évidemment.

  • Dousir :

    Bonjour,

    J’ai réalisé un travail sur le langage des femmes sur Doctissimo (plus particulièrement sur l’accouchement), et effectivement les « gygy », « zhom », « bb1 » etc y sont très fréquents et très agaçants.

    Cependant, l’emploi d’abréviations et d’un lexique spécifique est un phénomène fréquent dès lors qu’on se constitue en communauté (et Doctissimo est une communauté..).
    Si on peut analyser ce vocabulaire comme de l’infantilisation, il a également d’autres facettes, comme la constitution d’un groupe qui refuse certaines pratiques (notamment médicales), une forme d’entraide (le forum contraception est assez impressionnant pour cela).

    Donc ce sont des mots qui sous-tendent une réalité un peu plus complexe que la simple volonté d’infantilisation, même si je suis bien d’accord, c’est parfois à s’arracher les cheveux…

  • miss_soukouss :

    Je suis une femme, je vais ponctuellement chez le gynécologue, que j’appelle gynéco et pas gygy.. Mais pourquoi penser que Gygy serait une forme d’infantilisation, d’acceptation de la pauvre condition féminine? Pourquoi est-ce que Gygy ne serait pas au contraire une façon de de sortir le médecin de son piédestal? De lui montrer que nous sommes humains tous les deux?

    C’est un professionnel de santé, c’est ce qu’on lui demande, cela ne fait pas de lui un être supérieur, et pour moi, cette appellation peut aussi être une forme d’auto dérision de ce qui se passe chez un gynécologue. Lui ne doit pas se gêner pour dire « La Martin qui est venu cet aprem, je te dis pas dans quel état elle était! La pauvre! » Alors pourquoi ne pas dire « J’ai vu le gygy cet aprem, j’en ai encore pour 2 semaines de traitement! »

    Ce n’est ni plus ni moins, un surnom qui montre que cette personne est entrées dans une intimité, parce que les gynécologues entrent au sens propre et figuré, dans l’intimité des femmes.. Leur donner un surnom c’est aussi reconnaître leur place, leur valeur.. Effectivement vous ne donnerez pas de surnom à quelqu’un que vous ne voyez qu’une fois dans votre vie, pour qui vous n’avez pas d’intérêt, ou qui pratique un art trop abstrait pour pouvoir être nommé..

    Je trouve donc cet article un peu hâtif dans son jugement, parfois la simplicité et la familiarité ne sont pas synonyme de niaiserie et d’absence de valeurs, même féministes.

  • Loolote :

    Ou alors on peut arrêter de vouloir cherche un sens ou une signification à quelque chose qui n’en a pas… Gygy c’est juste plus rapide à écrire que Gyneco Voila tout! Pourquoi chercher si loin? Sur un forum bien souvent on va droit au but et on écrit vite… Et GO ça n’est pas une abréviation possible puisque tous ne sont pas obstétriciens, et d’autre part ça rappelle trop le Gentil Organisateur. Pour sage femme c’est deux mots on peut mettre les initiales SF… Pour ma belle mère je dis BM… Pour une contraction je dis contrax… Ce sont des abréviations rien de plus!

  • Cely :

    Ce terme me fait saigner les oreilles par sa niaiserie, mais je ne pense pas que cela relève d’une soumission de la femme par rapport au gynécologue. Je penserais plutôt l’inverse en fait. Une certaine familiarité verbale pour créer peut-être une intimité (illusoire) avec le praticien, réduire la distance avec le médecin et rendre l’acte médical peut-être moins « invasif » en qq sorte. Je ne pense pas qu’on puisse comparer le « gygy » et le « gégé » parce que la consultation ne relève pas du même niveau d’intimité, physique.

    Cela ne concerne évidemment que certaines femmes, peut-être les plus insécures par rapport à leur sexualité. Enfin c’est l’analyse que j’en avais faite, moi, en lisant ces forums.

  • winy69 :

    je suis une femme… je suis maman… je suis forumeuse… merde je suis gagateuse alors..
    gygy, pépé, cloclo, dudu et j’en passe c’est pour abréger d’une part et d’autre part une façon d’appartenir à une communauté..
    oui j’utilise aussi « bidou » dans je parle de mon ventre, parce que je l’aime mon ventre tout rond, je l’aime mon ventre qui grossis et qui bouge au fil des mois….
    j’utilise aussi bb1, bb2 et cie, mais aussi les nains, la tribu, parce que je suis mère de 5 enfants et que j’ai pas envie de dire les prénoms à chaque fois et que pour moi c’est plus rapide (oui je suis feignasse) et que souvent ben on se souvient pas forcément des prénoms de tous les gosses de ses copines…
    maintenant qu’un mec ait les yeux qui saignent ça me gêne pas, qu’on nous traite limite de débile je trouve ça limite..

    surtout que dans la vraie vie ces termes je ne les utilise pas, mon gygy est mon gynéco, mon médecin, ma sage-femme, mon pédiatre etc…

    le langage forum est un langage « à part » ne pas oublier ça…. il n’y a pas que des débiles profondes qui les fréquentent…..

  • Une passante :

    Quelle manque de respect de ta part ! Je rejoins Nina et stadire, pourquoi tu en fais un flan?? Si ca te plait pas tu peux toujours aller voir ailleurs ! C’est un forum, pas le concours de l’agreg ! Bref, comme disait Nina cela concerne enormement de femmes qui sont passees en PMA et pour qui le Gygy (tiens je le fais expres !) est plus qu’un simple soignant, il represente un espoir, et ne t’inquiete pas elles savent se faire respecter car j’en connais personnellement meme si je ne suis pas concernee !

  • Mathilde :

    Je n’aurai qu’une chose à dire : merci !

  • aurelie :

    je trouve ca hillarant les commentaires laissés par certaines !! tout ca pour un mot raccourci ( gygy ) elles écrivent bien gynéco et non pas gynécologue mais franchement il y a pas plus important dans la vie que de traiter de femmes enfants celles qui utilisent  » gygy  » !! et de dire qu on ne se respecte pas en utilisant ca c est grave je suis outrée de voir la mentalité des gens ca m horripile moi je vais chez le gynéco et j assume !!!

  • Juju :

    J’ai envie de dire : et alors ?
    Je pense juste que vous ne connaissez pas ce que c’est que d’appartenir à une communauté (parce que oui docti en est une), ce sont des expressions qui sont utilisé à l’écrit uniquement comme dit plus haut.
    Bref un article simpliste, peu étoffé, mal renseigné, au final pas très utile.

  • Delphine :

    C’est du jargon de forum, faut le remettre dans le contexte aussi … je n’imagine pas quelqu’un demander à la secrétaire un rdv avec son gygy ou parler comme cela en dehors des forums … on pourrait comparer ce jargon avec d’autres utilisés sur des forums de geek ou autre … Bon, j’ai pas d’exemple sous la main mais c’est le même principe.

  • docteurdu16 :

    Ce n’est pas gygy qui est dangereux, c’est le gynécologue. C’est le gynécologue qui prescrit des pilules à base de désogestrel ou d’autres progestatifs non levonorgestrel, c’est le gynécologue qui prescrit des mammographies à des femmes de 40 ans sans facteurs de risque, c’est le gynécologue qui fait faire des frottis tous les ans, c’est le gynécologue qui considère l’épisiotomie comme un des beaux arts, c’est le gynécologue qui prescrit Diane 35 à des femmes brunes, c’est le gynécologue qui a prescrit pendant des siècles des THS, et cetera…c’est le gynécologue

  • Maman des Champs :

    J’ai toujours eu du mal avec le terme « gygy », que je trouve phonétiquement très niais, mais qui en plus me renvoie aussi à un aspect non assumé des choses « de grands ». Je n’y vois pas en premier de l’infantilisation, mais plutôt une gêne de parler de l’intimité (je rejoins le commentaire de Stéphanie). Comme pour glousser entre copines quand on a 13 ans et qu’on parle de « foufoune », parce que les vrais mots peuvent faire peur. Et déjà à l’époque ça me navrait…
    Quand je lis « pépé » ou « gégé » j’ai l’impression que c’est non pas un chaton qui meurt, mais un poney…

  • angialuna :

    Je suis une femme, je n’ai pas fait de PMA, je fais partie de la communauté de doctissimo (docti pour les intimes ;)), je dis gygy, zhom, bb1 et bb2, et pour autant je ne me rabaisse pas, je ne m’infantilise pas, je ne me sens pas dominée par la gygy ou tout autre médecin, j’ai fait respecter mes choix de naissance la plus naturelle possible pour mes enfants, dc non tu as tord sur toute la ligne cher Borée
    les abréviations font partie de la vie des forums et autre e-communauté, de la a dire qu’on se respecte pas parce qu’on ecrit gygy à la place de gynéco merci bien mais au revoir quoi.

  • luna_luciole :

    Je crois que c’est une déformation internet. On dit gygy sur un forum (plus court, puis par un phénomène d’entraînement…) mais on dit qu’on va chez le gynéco à ses copines ou à son copain.
    En tant que psychiatre je suis assez à concernée par les abréviations. Ce qui m’agaçait le plus notamment aux urgences: « vous êtes la PSY de garde ? Y a un PSY pour vous en chirurgie ».
    Un psy pour le psy… qui dit mieux ?

  • karina :

    Parce que « gygy » beaucoup d’hommes voir même de femmes ne connaissent pas
    Alors oui j’utilise le mot gygy, un peu comme un nom de code
    Peut-être aussi parce que ça le rend sympathique moi qui suis toujours tombée sur des cons et c’est pas moi qui le dit c’est mon Doc, (eh oui pas « mon généraliste mais bien mon Doc, il a le droit à son petit nom lui aussi, lui qui connait tout de moi et de mes enfants et en qui j’ai confiance) et que j’ai toujours l’espoir malgré tout de tomber sur quelqu’un comme vous à proximité de chez moi.
    Un peu déçu que vous fassiez tant de cas de ce petit mot :(

  • Julie :

    J’ai déjà croisé gégé et pépé sur des forum. Si si ! Et ça fait longtemps que ça dure! Mon aînée a 7 ans et j’ai débarqué sur les forums sans trop comprendre les gygy, gégé, pépé,… Puis après le pire… On s’y habitue et en voyant 4 lettres on lit le mot qui se cache derrière sans faire gaffe !

  • tite-puce :

    Eh bien moi je vais aller à contre courant. Je n’ai pas l’impression d’être infantilisée par mon « gygy », ni de régresser en utilisant ce terme sur les forums. A l’oral j’utilise souvent l’abréviation « gynéco » mais il est vrai que par simplicité, sur les forums sur lesquels je discute j’utilise souvent le terme « gygy » (tout comme le terme « pépé » pour le pédiatre qui est assez fréquement utilisé :p ) et également « bb1″ et « bb2″ etc… Là ou tu vois de l’intime je vois du pratique. Et du coup je ne vois pas en quoi le fait d’utiliser une abréviation (et non pas un diminutif affectueux, gygy n’est pas synonyme de chouchou) impliquerait une soumission de ma part.

    (et je préfère nettement voir écrit gygy plutôt que ginnécologue ou encore génycologue… l’ortographe n’étant malheureusement pas la meilleure amie des forums…)

  • Aoko :

    Tu es généraliste, pas psychanalyste….Alors ne t’attelle pas à des analyses pseudo-psychanalytiques qui n’ont aucun sens et laisse donc les femmes s’exprimer comme elles le souhaitent sur la toile…. ça soulagera tout le monde !

  • Nanette :

    Que de jugement… C’est triste.
    QUi a le droit de dire ce qui est infantilisant ou ce qui ne l’est pas ?

    • Borée :

      @Nanette
      Le dictionnaire. ;)
      « infantile » : qui a conservé certains caractères de l’enfance à l’âge adulte. »
      Les abréviations redoublant une syllabe me semblent bien répondre à cette définition.

  • ju :

    on voit les pros docti et j’adore ca ! merci les filles ! moi quand j’ai lu certain commentaire je me suis dit « whoua, ca va loin ! mais ou elles vont chercher tous ca ???? » infantilisation parce qu’on utilise des abréviations tel que « gygy » mais PTDR vous partez trééééés loin ! c’est tout simplement pour pas s’embêter à écrire le mot en entier c’est aussi simple que ca ! je crois que certaine devraient se reconvertir en psy (c’est bon si j’écris comme ca?)vous m’auriez dit c’est irrespectueux pour la profession, là je dis ok je comprend, mais pour le reste (soumission par rapport au gyneco, infantilisation ect) c’est vraiment du lourd mdr! c’est ce genre de commentaire moi qui me fait saigner les oreilles tellement que ca part loin MDR tout ca pour une simple abréviation…

  • nathalie :

    c’est du langage de forum, comme lol mdr ptdr irl osef et j’en passe.. sérieux vous dites lol quand vous riez avec votre voisin? ya tout un lexique spécial pma en général et oui mon gynécologue (ou gygy peu importe) c’est plus qu’un simple médecin. en ce qui me concerne il n’y a plus de pudeur entre moi et son équipe. il y a eu des moments forts en émotion, des moments importants de ma vie entre moi et mon gynécologue que ce soit l’espoir, les traitements lourds, la mort d’un enfant puis enfin le plus merveilleux la naissance. non je n’infantile pas… j’abrege, passé l’étonnement, j’accepte. mais je ne m’infantile pas, je ne m’imagine pas donner un petit mot doux à mon médecin, je n’utilise pas ce terme en dehors de ce forum. je n’ai aucun soucis avec ma sexualité ni même avec la pudeur (facile qd vous passez un quart de l’année les pieds ds l’etrier la chatte à l’air devant une équipe médicale et j’assume complètement.
    une ancienne doctissimeuse :)

  • Lolotte :

    Alors oui, on a vu plus adulte comme vocabulaire… Et certes, on pourrait très bien dire Gynéco, Duphaston, Ovules, Clomid, Spermatozoïdes…

    Qu’est ce que cela change ? Est ce qu’on a plus de chances de tomber enceinte quand on emploie des mots d’adulte ? Parce que si c’est le cas, j’emploierai anticonstitutionnelement plusieurs fois par jour.

    Partez donc un matin de semaine, avant le boulot, dans une clinique dite spécialisée en PMA (Je peux garder les initiales ou ça vous pique les yeux ?). Dans les salles d’attente, toutes les femmes sont là, quelles soient chefs d’entreprise, caissières, vendeuse, chef cuisinier… Peu importe… Et toutes parlent du gygy (le même pour tout le monde). Qui va les recevoir dans quelques minutes pour une écho, pour voir si la stim (là aussi je traduis ???) a fonctionné ou pas, et si ce soir, il faut prévenir son « doudou » que c’est maintenant ou le mois prochain ! C’est romantique ça non ? Pas trop infantilisant ?

  • Shetty :

    Le commentaire d’angialuna aurait put être intéressant… Mais terminer par « merci bien mais au revoir QUOI » dénonce un flagrant manque de maturité. Je ne dis pas que l’hypothèse du Dr Borée serait validée par ce genre de commentaires… mais en fait si.

  • Emmanuelle :

    Ouah, déjà 43 commentaires, je crois que vous avez battu votre record!!
    Entièrement d’accord avec ce post. J’ai 48 ans, et ai connu pas mal de gynécologues (que je nomme pour ma part « gynécos », en plus, c’est bien ça rime avec « idiots, et j’en ai rencontré un certain nombre…), obstétriciens aussi parfois, puisque 4 enfants (dont 2 décédés) et de l’endométriose opérée 3 fois.
    Et je connais bien Martin Winckler depuis, oh la, plus de 10 ans…
    Je rencontre souvent des jeunes filles (des copines de mes fils) qui disent « mon gygy », et j’en ai été surprise, mais bon sans plus. Je leur apprends à ne pas être dans la soumission, et je pense qu’elles changeront d’elles-mêmes ce petit nom ridicule. Et infantilisant, oui, quoi qu’en pense Nanette, je trouve ça infantilisant.

  • caroline :

    j’éspère au moins que vous tous les raleurs qui ont commenté ne faites jamais la moindre abréviation sur les forums…
    oui moi quand je parle de mon gyneco j’écris gygy, ça vous embête? je m’en fiche ça ne m’empêchera pas de dormir cette nuit.
    et je ne comprend pas en quoi appelé ma gyneco gygy m’infantilise, et me rend soumise à celle ci, elle ne me ramène pas de force dans son cabinet pour m’écarter la jambes et regarder ce que bon lui semble! c’est quand même bien moi à la base qui prend RDV?…
    enfin bon il parait qu’il faut de tout pour faire un monde, oui de tout pas de n’importe quoi!!

  • Audrey :

    Vive la psychologie de comptoir à deux balles quand même ! LOL
    c’est une abréviation quoi, comme tant d’autres sur le net…
    ça ne me choque pas plus qu’un « doc » pour docteur mais bon…
    J’espère que vous parvenez quand même à faire « dodo » la nuit ;)

  • Steph :

    Je suis une femme, je lis (et participe de temps à autre) le forum doctissimo et dans la vie, je suis infirmière.
    Autant, sur le forum, j’utilise le terme gyg (plus facile et rapide à écrire), autant avec mes ami(e)s et collègue, je parle de gynéco.
    Le terme gyg peut paraître niais à certain, mais c’est « la norme » dans la communauté des forum santé. Dans une communauté comme celle-là, il y a des codes, des « langages » particuliers, qui sont normaux, habituels et connus de tous(toutes).
    Mais ne venez pas me dire que c’est infantilisant et qu’il y a un rapport de soumission de la femme par rapport à son gynéco parce qu’elle l’appelle « gygy ». Pour travailler au quotidien avec des médecins, je suis loin d’être soumise! Et dans mes rapports personnels avec les médecins, je ne le suis pas non plus!!!! Et pourtant, sur les forums, je parle de mon « gygy »….
    Donc, s’il vous plaît, arrêtez de prendre les femmes pour des andouilles et de les infantiliser en les imaginant plus soumises qu’elles ne le sont réellement ;)

  • shirley :

    cher Borée

    si vous cherchez la cause de tant de commentaires féminins, sachez que cette « chère » stadire a mis un lien de votre article sur le facebook du « fameux » baby blog de doctissimo.
    attendez vous donc à une avalanche de commentaires vengeresques comme il est coutume quand ses « sbires » débarquent pour descendre un blog qui a osé s’élever contre la bêtise de certaines.

    sinon tout pareil que la griotte ^^

    bonne continuation cher Borée, je vous lis toujours avec grand plaisir.

  • nathalie :

    infantilisant peut-être si on l’emploie dans la vie courante mais pas dans ce contexte particulier du forum pma je pense. il y a un jargon médical aussi qui pris en dehors du contexte peut être ridicule mais avec mon obstetricien j’ai toujours parlé de j1 et j2 pour mes jumeaux in utero

  • virjou :

    J’ai lu votre texte avec intérêt. Mais si la démonstration se tient, elle me dérange un peu. Car, comme vous l’écrivez, je n’aime pas qu’on décide à ma place, encore moins de mon vocabulaire. Donc gygy, gyneco ou autre, je vous en prie, laissez-nous nous exprimer comme bon nous semble.

  • tite-puce :

    @shirley : pourquoi est-il si impossible d’envisager les lectrices du babyblog comme des personnes sensées, ayant leur propre réflexion ? C’est vous qui agissez ici de façon infantile, il manque juste le « nanananère » à la fin de votre commentaire ! D’ailleurs si vous aviez poussé plus loin, vous auriez pu voir que sur ce fameux lien posté par Stadire, certains sont d’accord avec Borée, d’autres non, et un vrai dialogue s’est installé…
    Bref, balai, porte, voisin, tout ça…

  • Pauline :

    Voilà quelqu’un qui dit tout haut ce que je pense tout bas… Mais que c’est niais tout ces petits noms ridicules! Le pire que j’ai vu, et je ne m’en suis pas encore remise, c’est le nom que se donnent entre elles les femmes ayant eu un papillomavirus : les femmes papillons… Kikoo tro lol hihihi

  • nathalie :

    par contre, j’en ai entendues en live des nanas appeler leur mec zhom et c’est vrai que ça fait cucul la praline :S

  • winy69 :

    shirley, comment dire, votre commentaire est plus que rabaissant….
    personnellement je ne suis pas toujours d’accord avec ce que dis Stadire, contrairement à ce que vous insinuez (nous sommes ses « sbires »), mais j’avoue que faire tout un flan sur un simple mot « gygy » m’a interpellé, surtout les com’ qui suivait ce billet…

    Emmanuelle, si je vous lis bien les copines de vos fils parlent de « gygy » et de ce fait vous leur apprenez à ne pas être « dans la soumission » 0_o…
    personnellement mon gynécologue n’est pas mon ami, c’est mon médecin, celui qui s’occupe de ma vie intime, même si je l’adore et que j’adore ma gyné-obstréticienne, jamais je n’imaginerais lui claquer la bise ou lui sauter au cou…

    je ne comprends pas pourquoi vous parlez de « soumission » envers nos gynécos en fait… quand on parle de psychologue ou psychiatre on dit « psy » et ça ne choque personne
    ma mère est elle-même psychologue et elle utilise bien souvent ce diminutif…

  • nathalie :

    mais loool pauline!

  • winy69 :

    et perso, ce qui me fait saigner les yeux ce ne sont pas nos abréviations « infantilisantes » mais plutot les pelletées de fautes d’orthographe, de langage sms qu’on croise aux détours des forums…

  • nathalie :

    je pense que si j’étais soumise, j’appellerais mon gygy… maître… ^^

  • Sopi :

    En lisant les commentaires « défensifs » de cet articles et les arguments en faveur du « gygy », au final il semblerait que ce soit plus la question du langage raccourci sur internet qui soit soulevée. En effet, le langage « texto » (incluant le gygy) serait totalement inhérent au langage internet selon ces commentatrices, donc rien de choquant là dedans.
    Si ce n’est que la langue française reste ce qu’elle est, même sur internet, même si on écrit beaucoup. Et lire une phrase bien construite sans acronymes ou diminutifs ridicules rend une lecture bien plus agréable, ce qui à mon sens mérite un petit effort :)

  • titefée59 :

    bonjours moi je compren pas pourquoi té contre lé gygy et les zozo de zhom cé eu ki font bb1 lol

  • Sev :

    Que de conneries, donner un <> à son gynécologue c’est par le biais de la communauté, et puis cela fais drôlement intime, et montre qu’on apprécie intimement notre praticien

  • Chache :

    On m’a toujours dit de garder une âme d’enfant, c’est chose faite pour moi !

    Pour le reste, certains commentaires méprisant envers notre communauté de doctinautes me font sortir de mes gonds tellement ils sont méprisants. Où est la tolérance dans vos commentaires ou votre article ?

  • Valentine Tine :

    Je vais régulièrement sur doctissimo, depuis plus de 6ans j’y rencontre des personnes sympathiques avec qui j’ai noué des liens, parfois des amitiés, nous nous sommes parlées, rencontrées, nous avons parlé de nos angoisses de femmes enceintes, de nausees, de pieds gonflés, de nos problèmes de couches qui fuient, de bébés boutonneux, de convocations chez la maitresse, de pantalons tachés ou troués, de punitions et de premier bisou sur la bouche, nous sommes devenues des mamans ensemble et nous avons grandi dans notre vie de maman ensemble …
    Mais nous, toutes ces femmes venues des 4 coins de la planète (oui oui de la planète : France, Suisse, Belgique, Canada, Tunisie, Haïti et tant d’autres endroits) et de tous milieux sociaux, familiaux et professionnels, nous n’avons en commun que ce parcours et peut être justement que ces petits diminutifs comme gygy, pépé(diatre), févriettes, octobrettes, zhom, bb1 sont comme un code qui nous fait appartenir un peu plus fort à cette communauté de doctinettes qui nous est si chère ;-)

  • MamanChat :

    Je n’ai jamais appelé mon gynécologue « gygy » et j’ai découvert cette appellation sur des forums style doctissimo. Au début je ne savais même pas ce que ça voulait dire mais j’ai su immédiatement que jamais je n’utiliserais ce terme. Beurk. Outre tes arguments parfaitement justes, je trouve ce mot réellement moche.

  • Docteur Zouille :

    C’est étonnant comme les situations peuvent se retourner : Borée qui se retrouve assailli de commentaires incendiaires de femmes. Borée !? Celui-là même qui fait parti de ces (encore trop) rares médecins qui se posent des questions sur le ressenti des femmes et leur vécu, notamment lors des examens gynécologiques… C’est dommage, il y a mauvaise communication ; mesdames, vous attaquez là l’un de nos meilleurs défenseurs ! Peut-être un peu maladroit sur ce coup là ? Un adjectif un peu trop agressif sur twitter qui m’a mis moi aussi il est vrai un peu mal à l’aise…
    Quoiqu’il en soit, je n’aime pas « gygy » non plus. Pas plus que Chrichri pour un Christophe, susue pour une sucette, ou encore Soso pour Sophie. Affaire de goût ? Peut-être, mais peut-être pas uniquement : je pense aussi que c’est un diminutif inadéquat, et cela d’autant plus s’agissant du cas (oh combien !) particulier du gynécologue, et d’une relation (oh combien !) particulière qui doit rester, plus encore que dans les autres domaines médicaux, à la fois professionnelle et humaine. Après, chacun sa définition de « professionnelle et humaine ». Si l’infantilisation rassure…alors pourquoi la mépriser ?
    Oui, et sans doute pour certaines est-ce tout simplement plus pratique sur les forums…?
    Encore une fois, j’ai le sentiment d’une grosse incompréhension. Ne nous trompons pas d’ennemi. L’ennemi, c’est le mauvais gynécologue (ou le mauvais gygy !) ; celui qui place la femme dans une situation et une position inacceptable. Mais il y a aussi de bons gynécologues, et pourquoi pas de bons gygy…même si personnellement je ne le formulerais pas comme ça !
    Allez Borée, on lâche rien !

  • Karoline :

    Non, mais faut pas le prendre comme ça…
    C’est vrai qu’on écrit gygy, mais juste parce que ça va vite, parce que ce n’est qu’un mouvement de l’index et du majeur sur deux lettres toutes proches l’une de l’autre, (et là, vous baissez tous les yeux sur votre clavier, oui, vous avez compris?) Alors non, nous, les filles, on ne le voit pas comme un diminutif « mignon », non, parce que se faire « analyser » dans les détails de notre intimité, c’est pas « mignon »… Voilà, c’est juste un raccourci-clavier. Bah vi, ni plus ni moins. D’ailleurs, jamais je n’ai entendu dire « gygy », à la limite dans la vie courante « gynéco ». (et vous remercierez un certain chanteur) comme « ophtalmo ». « médocs ». Ou, « il en pense quoi ton doc? ». Bref, arrêtez de vous faire des films (ah, les mecs…)

  • nathalie :

    dans le meilleur des mondes sopi :) mais même ceux qui sont archi nuls en orthographe ont droit à un peu de soutien sur le net et qu’on le veuille ou non il y a bien un code/jargon propre à internet.

  • Sissi :

    Mesdames mesdemoiselles si vous en avaient marre d’etre infantiliser et souhaitez une relation praticien patient plus respectueuses de votre vie de femme aller voir des sages femmes pour votre suivi gynécologique votre desir d’enfant votre grossesse… Un(e) sage femme peut vous suivre pensant tte votre vie de femme de la puberte a la ménopause…

  • sata :

    Que ce soit un peu niais, oui, sans aucun doute. Y voir une relation dominant/dominé, je trouve l’interprétation un peu capillo-tractée…

  • Misfit :

    Je trouve ce terme de gygy complètement rebutant (ainsi que les BB1, zhom et j’en passe)et lorsque j’étais enceinte de mon 1er enfant il y a 4 ans, que je cherchais des réponses à certaines de mes questions, plus d’une fois, j’ai passé mon chemin sur les forums doctissimo tellement les femmes qui postaient m’irritaient avec ce vovabulaire débile.

    Oui, d’accord, ce ne sont que de gentilles et inoffensives petites abbréviations (et franchement, l’excuse du gain de temps parce qu’écrire « gygy » prend 1 centième de seconde de moins que « gynéco », laissez moi RIRE) mais je ne pense pas être la seule femme qui trouve que le net manque cruellement d’un espace où les femmes pourraient parler normalement entre elles de problèmes qui concernent leurs enfants sans avoir à se taper la niaiserie totale des tickers et soi-disant particularités de language des forums.

    Je trouve comme Borée que ces termes sont infantilisants, quand je pose une question sur mon vagin, j’ai pas envie d’avoir l’impression de prendre un pass Disneyland à l’année.

  • Sopi :

    @Nathalie il n’y a pas que l’orthographe et loin de moi l’idée de bannir des internet les gens qui font des fautes (j’en fais parfois ;-) ) ; de là à se vautrer dans la simplicité langagière coutumière sur certains forums, il y a un pas. Honnêtement, avoir la flemme d’écrire « contraction » et préférer « contrax » moi ça me heurte. Je dirais que c’est un bébé panda qui meurt à ce moment là. Mais je suis peut être une extrémiste…

  • Emmanuelle :

    @ Winy69 : mais si on est soumise, jeune, à son gynéco sans le savoir (et parfois en étant moins jeune). Parce qu’il en propose pas toutes les méthodes de contraception possible pour une jeune femme déjà, la plupart du temps. Il impose celle qui lui semble la mieux.
    Et lisez donc Martin Winckler, vous verrez ça quel point on se fait abusé (se déshabiller pour se voir prescrire une pilule par exemple…). http://martinwinckler.com/

  • Maman des Champs :

    Je suis plus que persuadée qu’une communauté comme doctissimo peut apporter énormément, et qu’elle est beaucoup plus que les clichés qui sont parfois véhiculés. C’est sur docti que j’ai « connu » Winckler, que j’ai pu choisir ma contraception, et que j’ai reçu un énorme soutien quand j’ai connu des problèmes de fertilité. Mais jamais je n’ai parlé de mon gygy ou de mon bb1 ;) Toutes les femmes qui utilisent ces mots ne sont pas des niaises infantilisées, mais je pense que c’est l’effet de groupe qui rend ce vocabulaire un peu mièvre et qui peut attirer les moqueries. Parce que fatalement, vu de l’extérieur, une foule de pseudos qui utilise un vocabulaire aux syllabes doublées, ça ne peut que faire sourire et ne pas paraître très crédible !

  • tite-puce :

    @Sopi : moi qui suis dans la vie de tous les jours une « extrémiste » de la langue française, je fais une réelle exception sur les forums dans la mesure où, pour moi, sur un forum on est à mi-chemin entre l’écrit et l’oral. Quand j’écris un mail ou un courrier, je prends le temps de me relire, je cherche le mot juste pour exprimer ma pensée le plus précisément possible. Quand je discute avec une amie je ne réfléchis pas à l’avance à ce que je vais dire, ça sort naturellement ;) Et quand j’écris sur un forum j’écris vite et je relis rarement, je suis dans la même approche orale de la discussion, et du coup les abréviations me sont grandement utiles. Je n’irais jamais jusqu’à écrire en SMS, mais parler d’un RDV chez gygy est plus rapide, plus « forum » qu’un rendez-vous chez mon gynécologue.

  • elihah :

    Flemme de lire tous les comms (boudiou, mais c’est que ça fleurit!) mais je vais redire ici ce que j’ai dit en tweet:
    je tapuscrite « zhoms » pour *certains* hommes justement, ceusses qui pensent avec leur… zob.
    Les bitards, quoi.
    Donc quand je dis ‘zhom’, c’est donc pas flatteur ni diminutif, juste cohérent avec un comportement viriliste, machiste ou sexiste (rayez la mention inutile).
    Et pour les femmes bouffées consciemment ou non par les rapports sociaux de genre actuels, j’écris fââm… voire vraifâm (© Les entrailles de Mademoiselle, le blog).

    Whaaah je ne commentais pour ainsi dire jamais chez vous, Borée, là je crois que j’en ai mis assez pour les 2 prochaines années :-)

    • Borée :

      Bon, je crois qu’à peu près tout a été dit.
      Je vais laisser les esprits refroidir un peu. De plus, j’ai une grosse après-midi de consultation et pas le temps de modérer.
      Je ré-ouvrirai les commentaires plus tard.

  • Céline :

    Étonnée de ce buzz sur le terme  » gygy » on s’en fout un peu non? Qd au remarque sur l’importance des mots utilisés de la part d’un médecin … Euh comment dire , être obligé d’en discuter avec une Psy , je trouve ça très étonnant sur la capacité de recul , bref arrêtez de vous regarder le nombril les docs et tout vous paraîtra plus simple ;)

    • Borée :

      @ Céline (et tous les suivants je le crains)
      Lisez bien : Jaddo n’a pas été « obligée » d’en discuter avec une Psy en consultation, elle a « rencontré » une psy. C’est un évènement qui arrive entre médecins…

  • Céline :

    Ben oui lors d une supervision … Avoue que se poser la question sur la signification des termes employés envers un patient c’est normal et y’a pas de gloire la dedans !

  • Jaddo :

    Heu, non, pas lors d’une supervision. J’ai bossé avec une psy, quoi.
    Gloire-vous-même. Quelle gloire ? Qui a dit gloire ? oO

  • SophieSF :

    Bon, j’ai pas pu tout lire, trop de commentaires trop vite o-O
    Juste, y aurait pas comme une erreur de cible, de combat, ou un peu des deux dans vos réactions?
    Je comprends++ la notion d’appartenance à une communauté avec ses codes, langages et tout, mais il n’y aurait pas un peu plus haheum constructif que de taper sur les doigts du Dr Borée? Il y a un peu de lecture ici, chez d’autres « gégés » (pardon, trop facile) blogueurs qui peut aider à se faire une opinion moins épidermique, just my two cents.

  • Elisabé :

    Je n’ai jamais utilisé ce surnom, mais je peux comprendre qu’il traduise, non pas un manque de respect pour le/la professionnel(le) de santé, ni même un manque de respect envers soi-même de la part de la femme, mais bien une volonté d’en faire une personne moins froide, moins aseptisée. Vous parlez d’un terme familier, mais quel autre praticien entre à ce point dans la sphère familiale, mis à part celui ou celle qui accompagne la naissance d’un enfant ?! Jamais je ne ressentirai le besoin de me sentir « proche » d’un urologue ou d’un ORL. Mais avec la personne qui m’a aidée à mettre au monde mes 2 filles, oui, j’avais besoin qu’elle ne soit pas « juste » un praticien, j’avais besoin d’établir une relation qui ne soit pas simplement celle de médecin / patiente. Et si l’utilisation de ce diminutif aide à créer une proximité, même factice, alors pourquoi pas ?

  • Sandra :

    Merci pour ce billet, tant le précédent était touchant et plombant,tant celui-ci est poilant. Je l’ai lu, relu, et toujours j’ai souri, ri à sa lecture. Ce n’est pas railleur, simplement moqueur (encore que…), avec de la finesse, à l’image de votre écriture et sans doute de votre personnalité. Merci à ces femmes qui appellent Gygy leur gynéco (moi c’est mon père Gigi, Gilbert)sans elles, pas de billet…

  • Celine :

    Pas de gloire juste triste de voir qu’avec de telle responsabilité vous en soyez encore là ;) bonne nuit .

  • do :

    le jour où les soignants arrêteront de dire Mamie et Papi aux personnes âgées dans les maisons de retraites, et diront Monsieur et Madame, comme à n’importe quelle personne adulte qui a fait sa vie de façon responsable, on verra… (bon, je dis pas Gygy non plus, mais bref)

  • Caroline :

    Merci Borée pour cet article qui me fait vraiment du bien !
    Passée par un traitement PMA long, pénible et lourdingue, ça ne m’a pourtant jamais traversé l’esprit de parler de gygy… Pas besoin de mettre le médecin sur un piédestal, donc pas besoin non plus de l’en faire chuter (eh oui, ça va avec) et de m’en faire un intime non plus(j’ai ce qu’il faut à la maison !). Beaucoup de confusions il me semble.
    Je trouve les réactions des adeptes de « gygy » tellement dans la dénégation qu’elles démontrent que ton article vise juste : pas facile visiblement de parler sexualité, génitalité et d’appeler un chat un chat, ou une chatte une chatte, au choix ;-)
    Communauté éventuellement (encore que je suis fatiguée du « communautarisme » dont on nous rebat les oreilles à tout bout de champ), sentiment d’appartenance et de partage je veux bien, mais de là à se complaire et à revendiquer ce vocabulaire que je trouve plutôt niais, désolée c’est quand même autre chose, et le « ça va plus vite » a bon dos : on ne pense plus, ça va plus vite !

  • Bénédicte :

    J’ai toujours détesté ce terme (que j’ai vu sur « auf » = les forums d’aufeminin.com, pas sur doctissimo).
    Sur les forums, j’écris comme je le dis : un gyné (et un ophtalmo, et un ORL)

  • Maia :

    Alors Borée, je t’aime! je veux un Gégé comme toi!!!

    Mais pitié pitié
    les « discussions de filles ».. les « je ne suis pas une fille » dans un billet qui parle d’émancipation de la femme…
    comment te dire…

    enfin bon concernant ma vie de FEMME, les consultations avec le gynécon j’évite autant que possible!

    Dommage pour la colère aveugle…

    • Borée :

      « Fille » n’est pas forcément péjoratif. Je pourrais tout aussi bien dire qu’il m’arrive d’aller sur des « sites de garçons ».
      Ceci dit, justement, je n’aurais probablement pas employé ce terme s’il je ne m’étais pas référé à ces discussions dont, au moins le vocabulaire, relève plutôt des cours de récréation.
      Je t’assure que, si j’avais parlé d’autres sites (tels que A contrario), j’aurais certainement parlé de « blogs de femmes ».

  • Mme Raoul :

    Doc, grâce à vous, j’ai passé la soirée à me marrer sur le tumblr « chez le gygy ». Pour moi le vrai souci de ces forums, c’est qu’on comprend rien à force de tout abréger et de faire des fautes d’orthographe.
    Un conseil médical donné en langage texto (« gygy » c’est ca tout de même), ça ressemble à un conseil donné par une ado. J’ai naturellement tendance à souhaiter qu’on me parle avec un langage d’adulte. En français, l’orthographe et la grammaire donnent un SENS à une phrase. Les torturer, c’est enlever du sens.

  • virjou :

    Cher docteur Borée, l’avantage infini de votre article sur l’utilisation de « gygy », même si je n’y ai adhéré qu’en partie, est qu’il m’a fait découvrir votre blog que je trouve fantastique. Je dirais donc pour cette fois-ci : « Vive les gygy ! » (et pourtant j’aime tant les chatons…).

  • Maÿlis :

    Aaaaaah! Mais je suis tellement d’accord! À chaque fois que j’atteris sur les forums et que je lis ce diminutif j’ai des spasmes. Le côté médical et sérieux est tellement important pour moi qui ai du mal à faire confiance aux médecins que réduire les gynécologues à un diminutif évoquant pour moi une chose un peu débile me fait bondir systématiquement.

  • nathalie :

    c’est vrai que c’est un jargon/argot internet propre au forum (je ne sais pas si on parle de gygy egalement sur les autres forums à part doctissimo) c’est vrai aussi qu’une fois dedans, on y adhere… ou pas. Perso, j’ai jamais ou rarement utilisé le mot gygy car je le trouvais niais , tout comme le mot zhom, j’ecrivais tout simplement son prénom mais j’ai compris que c’etait ainsi et je n’y trouvais rien à redire, c’etait comme ca avant que je n’y vienne faire un tour et je m’y suis donc soumise ;) Il y a meme un glossaire en premiere page de docti expliquant toutes ces abbreviations (jargon du forum tel que zhom ou gygy, mêlé au jargon médical comme FIV, TEC ou autres)
    maintenant je sais pas qui a inventé ce fameux « gygy » lol, à voir avec ces premieres personnes… peut etre oui, qu’ellles avaient du mal à appeler un chat un chat, sans parler d’abbreviation (gyné comme kiné ca marche tres bien aussi) .. apres tout il y a tellement de femmes aussi qui ne disent jamais clairement qu’elles ont leur regles mais leur ragnagnas ou que les anglais ont débarqués…. tout un tas de truc comme si c’etait tabou. Comme la mort d’ailleurs, en france, c’est un autre registre, mais on a du mal ici à dire que quelqu’un est mort, est décédé, on dit souvent « il nous a quitté » ou « il est parti »… mais bon, il y a un jargon internet, un jargon sms, qu’on soit un defenseur de la langue francaise, on ne peut y echapper, c’est un code, un mode de communication nouveau et normal, par contre je suis d’accord que beaucoup malheureusement cachent leurs lacunes en orthographe derriere ce langage sms. je n’ai rien contre quand on devine une bonne maitrise de l’orthographe par ailleurs

    • Borée :

      @ Nathalie
      Je vais prendre l’exact contre-pied de votre conclusion. ;)
      J’ai infiniment plus d’indulgence envers les fautes d’orthographe. Nous ne sommes pas égaux, et de loin, devant la grammaire et l’orthographe. Faire des « fautes » n’est pas une attitude fautive à mes yeux et je trouverais injuste de me moquer de ceux qui n’ont pas eu la chance, par exemple, d’avoir les mêmes facilités que moi.
      Le jargon sms, c’est autre chose. Ça relève plus, me semble-t-il, d’une forme de paresse d’esprit et/ou d’impolitesse vis-à-vis de son interlocuteur.
      J’ai beaucoup aimé une remarque (faite sur Twitter) : à vouloir tout raccourcir pour gagner du temps, on peut aussi, pour en gagner davantage, carrément se dispenser de penser !

  • tite-puce :

    Sérieusement j’ai du mal à comprendre le sectarisme anti-gygy de certains ! Qu’on n’utilise pas le terme, soit. Qu’on ne l’apprécie pas, re-soit. Mais qu’on persiste (malgré tous les commentaires construits et étayés ci-dessus) à dire que le côté communauté des forums ou le côté pratique d’utiliser un terme raccourci ne sont que des excuses à un comportement « niais » ou « ridicule », non vraiment je ne vois pas le point. Que vous le vouliez ou non, oui c’est plus rapide d’écrire gygy que gynécologue ou même gynéco (demandez à une secrétaire qui tape x mots à la minutes ;) ), oui quand on écrit sur un forum on écrit vite, presque comme si on s’exprimait oralement. Vous n’avez jamais utilisé d’abréviations à l’oral ? Vous dites toujours télévision, motocyclette, réfrigérateur, métropolitain… ? Dans tous vos commentaires on ne peut lire que des MOI JE n’aime pas, MOI JE dis gynéco, MOI JE déteste ce terme etc… mais posez vous cette simple question : est-ce que VOTRE jugement vaux mieux que le LEUR ?

  • nathalie :

    je sais pas, j’ai du mal avec les grossieres fautes d’orthographe, pourtant j’en fais moi-même. mais je ne le dis pas, je ne leur fais pas la remarque, et je repondais à leurs questions quand même, c’etait juste que ca me faisait mal aux yeux.
    et je pense que pour le langage sms, c’etait juste une facon d’ecrire le maximum avec le minimum de caractère car avant les smartphones et avant les sms illimités, on payait au sms et les sms ont un nombre de caractere maximum. Donc il fallait condenser.
    sinon tite puce, JE n’aime pas le terme gygy ou zhom , MOI JE dis gynéco et alors? je dis ce que je pense, mais je ne juge pas celles qui l’utilisent et je ne le dis pas sur les forums ou aux personnes qui utilisent ces termes sur le forum, on en parle ici c’est different

  • tite-puce :

    @nathalie : je ne parlais pas de votre commentaire que je trouve sensé et raisonné, mais d’autres qui sont condescendants et surtout posés comme des vérités d’érudits face à la plèbe inculte…

  • Anna :

    Tite-puce : sauf que « gygy » n’est pas une abréviation. Pour abréger, on ne double pas les syllabes (d’ailleurs en ce qui concerne « cloclo » pour clomid, c’est le même nombre de lettres, ça se pose là comme abréviation !) Si vous voulez une abréviation de gynécologue, essayez « GO » si c’est un gynéco-obstétricien, ou même simplement « gy », pourquoi pas ? Doubler les syllabes fait forcément penser à un langage enfantin : dodo, miam miam, bobo, popo, lolo, toutou… Or quand on ne parle pas à un enfant, on n’a pas de raison d’utiliser ce genre de langage, sauf à vouloir faire mignon et enfantin soi-même. Ce qui peut sembler un peu bizarre dans un contexte médical.

  • tite-puce :

    Mais l’utilisation du terme gygy ne se fait PAS dans un contexte médical ! Discuter avec ses copines sur un forum n’a rien de médical, on ne parle pas d’appeler le secrétariat pour « prendre rendez-vous avec le gygy » ou de prononcer un retentissant « Bonjour gygy » en entrant dans le cabinet du médecin !

    Et je ne suis pas d’accord quant au fait d’associer les syllabes doublées au vocabulaire enfantin, il me semble que c’est plutôt lié au champs lexical de l’affectif en général (personnellement j’appelle toujours mes parents Papa et Maman, tout comme il m’arrive d’appeler mon mari Doudou ou encore ma collègue Lili…) Et mes copinautes (tiens, encore un vocabulaire propre à la communauté) se sont mes amies et avec elles je peux utiliser un vocabulaire affectif (si je leur parle de mes enfants par exemple je leur dirais facilement « les loulous » alors qu’à ma voisine je parlerais de « mes enfants ») d’où l’utilisation du terme « gygy » (il n’aura jamais été autant cité que depuis hier ce pauvre gygy). Après oui on aurait pu dire gyné ou GO ou je ne sais quoi encore, mais voilà on dit gygy depuis des années, on ne va pas changer maintenant juste pour satisfaire une poignée de personne qui ne perçoivent pas comme nous cette abréviation…

    Bref, gygy, gynéco, GO ou gynécologue c’est la même chose, dans tous les cas autant aller voir une sage-femme (SF on a le droit ou bien ?)

  • Anna :

    Dialogue de sourd, décidément. :-)
    SF, c’est vraiment une abréviation. Gygy n’en est pas une. Dites ce qui vous fait plaisir, mais soyez conscientes de ce que votre langage peut produire en face. Les exemples dans les liens de Borée ne correspondent pas à un contexte où on est entre soi, justement.

  • Marion :

    Ceci dit…
    Moi, j’en ai vu des neuneus…
    Mais ils n’étaient pas neurologues.
    :-D

    Merci Borée, et Jaddo aussi.

  • Julie :

    Je n’ai qu’une chose à dire : Merci Borée !

  • Emmanuelle :

    D’accord avec Borée et avec Julie!
    Et parfois pour la mise au point, j’aurais dit pareil.
    J’ai été modératrice sur un forum dédié ça une maladie gynécologique, l’endométriose, et c’est bizarre, aucune femme n’y disait « gygy », jamais!On écrivait les mots en entier toujours. Quelqu’un a une explication? Moi, j’en ai une : on savait que la personne qui allait nous soigner était un professionnel, rien que le mot « gynécologue » indique plus le respect que « gygy » qui fait gosse de 10 ans. Or, quand on a une maladie qui pourrit la vie, on a un respect immense pour la personne qui va nous SOIGNER.
    Et je ne sais plus qui a dit que le gynéco faisait des épisiotomies (docteur du 16?). Euh ben, non, ce sont les obstétriciens qui font des épisiotomies, ou des sages-femmes, car pour ça, il faut accoucher….

  • ERLINA :

    merci Borée pour ce billet qui m’a fait passer un bon moment !! Et quel succès bravo ! La première fois qu’une de mes patiente a utilisé ce terme, je me suis demandé de qui elle me parlait…. Elle allait voir son « gigi??! » le même jour et se demandait s’il lui trouverai les mêmes chiffres de tension ( normaux, pas de problème particulier…) que je venais de lui trouver. Un petit ami étudiant en médecine ou infirmier ?? ou un grand parent hypertendu équipé d’un tensiomètre ???, en tous cas certainement quelqu’un de très intime pour lui donner ce petit nom. J’ai compris quand elle m’a parlé de sa contraception, elle y allait pour un renouvellement de pilule,ça a fait tilt : « gigi » c’est en fait « gygy » donc gynécologue !! et j’ai pensé :aaahh, génération SMS, mon dieu comme je vieillis…mais je trouve le terme un peu cul- cul… Et c’est vrai que j’ai ensuite vu ce terme sur des forums féminins,mais rien de bien grave,juste une façon de parler entre filles, ma patiente était jeune, le terme correspondait à son age…

  • Hélène :

    J’ai pas tout lu, mais j’aime bien parler du « foufounologue » avec mes copines
    Bref, tourner ça au ridicule. Par contre dans la vraie vie c’est gynéco

  • CChristine :

    Bon… j’ai tout lu… j’ai appris quelque chose ! et maintenant j’ai le mode d’emploi de ce nouveau dialecte ! Merci !
    J’aime la langue française, j’aime les phrases bien tournées mais après avoir lu ces commentaires, je comprends mieux aussi l’utilisation de ces nouveaux termes -pas toujours diminutifs- employés par des personnes soit pressées, soit touchées (dans tous les sens du terme) et sensibles, soit fainéantes… et je serai plus… euh… tolérante ! ah ! l’ignorance fait toujours des ravages !

    Autrement, Dr Borée, merci pour ce blog. Merci à Jaddo grâce à qui j’ai découvert ce site.

    Ah si… une question…
    Y a t’il un vétérinaire dans la salle ?? tous ces chatons et ces poneys …

  • Blobette :

    « vous êtes la PSY de garde ? Y a un PSY pour vous en chirurgie ».

    Ca m’a bien fait rire. En tant que psy (deuxième acception) je trouve cette terminologie incroyablement déshumanisante. Evidemment on ne me l’a jamais sorti en face, mais ce n’en est que pire.

  • isa :

    bonjour :-)
    je n’ai pas lu les commentaires, et pour cause, le mien n’a rien à voir avec le débat (juste dire que je suis ok avec le billet dans sa globalité, je n’argumenterai pas, d’autres l’ont déjà fait avant moi je suppose)…
    juste réagir pour dire que pour moi, Gygy, c’est… ma chef
    une femme trop seule de 46 ans, bourrée de complexes et de trouilles, un cas d’école pour des étudiants en psy, à en être pénible et insupportable non pas pour elle (elle ne peut vivre sans ses névroses, pour preuve elle est persuadée qu’elle va très bien et n’en a aucune), mais pour nous, ces collègues…
    dans mon monde pro, quand on annonce « je travaille avec Gygy » souvent arrive en réponse « ah, pas de chance… », d’autres quand ils sont obligés de venir dans mon service, appellent avant pour demander si elle est là « pas grave je passerai plus tard »…
    elle s’appelle Ghislaine, mais veut qu’on l’appelle Gygy…
    alors voilà, la prochaine fois que j’irai chez mon gynéco, j’éviterai de penser à votre billet, car il me fera automatiquement penser à ma chef, et là, ça ne sera plus possible pour moi de surmonter ce moment déjà pas rigolo (en hôpital universitaire, donc le respect de la nudité, on repassera…)
    voilà !
    belle journée à vous :-)

  • Dr Sangsue :

    Chaque génération s’oppose à la précédente pour marquer sa différence, ,par, entre autre, un langage spécifique plus ou moins codé. Tout cela pour se démarquer de la génération précédente (nous avons fait pareil nous-mêmes).

    Cela est fait dans le but, pour la génération montante de devenir indépendante de la « vieille ».

    Les gens de la « vielle « génération sont appelés, couramment vieux cons.

    Mais comme disait un humoriste, il y a aussi des « jeunes cons »

  • désirée :

    Et bien!!!!!!!!!!!!!!!!!j’en reste sans voix……des centaines de commentaires dont le mien sur un sujet de la plus haute importance!!!!

    Mais on s’en fiche…..

    Docteur(correct????)j’adore vos billets mais là on se croirait sur « face de bouc »..

    Signée une vieille qui se désepère de la disparition prochaine des gygy et qui se demande quel coco, lolo, dodo,zozo elle devra alors consulter…

  • lu :

    J’ai eu un gynéco, puis un jour on était pas d’accord j’ai claqué la porte de son cabinet puis …… je suis retournée le voir (pas trop de praticiens là où je vis et un dossier assez lourd ) puis une grosse tuile, et des choix thérapeuthiques pas simples, c’est devenu gygy, parce qu’il a pris le temps de peser le pour le contre de m’écouter et mieux de m’entendre, de se remettre en question bref de poser cartes sur table ( je sais pas ce que tu as mais on va chercher ) et puis zoumbadaboum (;-)) méga grosses tuiles ( un peu les 3/4 de la toiture dans le salon si ca peut aider à saisir la catastrophe) et bien il est devenu par son professionnalisme, sa reactivité sa persévérance « Gygy chéri ». Il le sait il est mort de rire il a quasiment le double de mon age, je lui dois pas ma gosse mais la vie. Je déménagerai surement il partira à la retraite j’aurais d’autres gynécos. Mais dans ma vie il n’y aura qu’un Gygy Chéri.
    Mais je ne sais ce qu’il en est pour toutes les autres ….

    Rien à voir mais j’adore vous lire :-) parce que parfois à fréquenter certains de votre espèce on en viendrait presque à douter qu’il y a de l’humain sous la blouse. et en fait si c’est complètement dans le prolongement de votre article, c’est peut être celà que les jeunes ( ou moins jeunes en fait) appelent leurs gynécologues « gygy » pour rendre un peu d’humanité à des patriciens parfois extrêmement « désincarnés » et « froids ».

  • Dil" :

    Excellent ce billet inattendu, Borée .
    Pas d’avis sur la question, tout comme je n’ai pas d’avis sur le pourquoi mon BP utilise « nonos » pour parler d’un os et « noeudnoeud » pour parler d’un noeud …ça me hérisse au plus haut point… mais bon, c’est sa façon de parler.
    Pour ma part, je fréquente les forums (notamment parce que comme d’autres sur twitter ou via leurs blogs, celles que j’y ai rencontrées sont devenues bien plus que des connaissances virtuelles ;) ) , je n’utilise pas ces raccourcis , et j’ai l’impression que les raisons tiennent soit de la flemme, soit de l’imitation des habitudes du gpe, soit d’une tentative pour apprivoiser ces professionnels parfois si distants (que ce soit par leurs compétences de professionnels sur des sujets pas anodins, ou par leur attitude , ou leur vocabulaire..) , soit aussi d’une tendance de génération… A chacune ses raisons, sans doute…

    Quoi qu’il en soit, comme tjrs , bravo pour cette capacité à lancer les débats et à y participer une fois celui-ci lancé :) !

  • Dil" :

    en tout cas, j’espère que tu as prévenu Fourrure, parce qu’il va avoir du travail !
    (ok je sors)

  • Isa :

    Bon, 120 commentaires, évidemment, je n’ai pas lu.
    Mais j’aime vos posts et celui sur les bipolaires m’a touchée. Gygy, on s’en fout du terme, ce qui est important c’est ce que les femmes en sortent. Ma gyneco est une gyneco, en même temps, le jour où je serais en oncologie, si j’appelle le docteur le crabologue, aurais’je droit au même traitement?

  • Au p'tit Bonheur :

    Oh, comme c’est un bon, un peu de recul ! Comme il est bon de voir des gens réagir. S’interroger sur le style, la manière de parler, c’est bien s’interroger sur les relations qu’on a avec les autres. Bravo ! Je pense qu’il y a surtout beaucoup de mimétisme et de conformisme dans la manière de s’exprimer sur les forums.

  • Desperate Houseweasel :

    Bonjour, comme le dit Au p’tit Bonheur il y a là une grande part de mimétisme, et c’est bien pour cela que je trouve cet article un peu… tiré par les cheveux… Qu’on peste contre le langage sms je peux le comprendre, c’est très désagréable à déchiffrer. Mais là on parle d’un terme en particulier, qui aide de nombreuses femmes à dédramatiser des parcours parfois chaotiques, en particulier lorsqu’elles sont concernées par des problèmes tels que l’infertilité. Alors oui, le mimétisme fait qu’au sein de certaines communautés, les femmes utilisent des diminutifs plus « mignons » et « enfantins » que les termes scientifiques qui les font angoisser ou leur rappellent de mauvais souvenirs, cela n’en fait pas des enfants pour autant. Cela n’enlève en rien le respect qu’elles peuvent porter aux professionnels de santé.

  • Linoa :

    haha! J’ai bien ri!!!! Gygy et zhom ^^ Non mais sérieusement, il a raison, il faut arrêter de faire ça les filles!!! Moi aussi ça me fait saigner des yeux, en plus j’ai un petit chaton tout mignon qui aimerait grandir et surtout…. je suis bien d’accord! Je ne suis pas certaines que ce petit nom dédramatise, ça va avec une certaine façon de parler de son gynecologue qui fait toujours penser à un enfant qui parle de son parent….

  • Ezrine :

    Merde, Borée, tu écris « évènement » !

    C’est certes un peu niais, gygy, et ça perturbe pas mal quand on débaroule sur ce genre de forum mais c’est finalement pas bien méchant et relève sûrement plus du jargon que du raccourci.

    Toujours un plaisir de te lire même (et surtout) si ça polémique !

  • Mastacloue :

    Aaaah, merci…En parcours d’infertilite depuis 4 ans, mais aussi sage-femme, j’ai ete tentee d echanger sur internet sur le sujet…et j’ai toujours ete arretee par ces « gygy », « fofo », « zozo » et meme « brybry »!?! Non mais ou va-t-on?? Est-ce si difficile d’appeler les choses et les gens par leur nom?

    J’ai l’impression de me battre souvent pour qu’on respecte les desirs, les envies, les peurs de chacune et chacun, bref pour qu’on accorde de l’importance et du respect a chaque etre humain…mais comment etre respectee en communiquant sur ce mode?

    Merci pour cet article, Boree.

    fortuitudes.wordpress.com

  • Emmanuelle :

    @ Dr Sangsue : je ne vois pas en quoi mon vocabulaire en médecine a été différente de la génération précédente (j’ai 48 ans)….
    Donc, un exemple à nous donner Dr Sangsue?

  • Dr Sangsue :

    @ Emmanuelle, un exemple, plutôt plusieurs :

    – Docteur, j’ai vu sur Internet…

    – Docteur, je veux un scanner.

    – Docteur, je veux un bilan de santé complet avec la Thyroïde.

    – Docteur, je veux passer une écho.

    – Docteur, j’ai été voir l’ostéo, il m’a dit d’aller voir mon médecin pour passer une radio.

    – Docteur, vous ne connaitriez pas un bon ostéo ?

    – Docteur, vous ne connaitriez pas un bon ostéo qui ne prend que 40 @ la « consultation », au lieu d’un ostéo qui prend 80 €.

    – Docteur, vous ne connaitriez pas un gynéco où l’on n’attend pas six mois pour avoir un Rendez-vous ?

    – Docteur, vous ne connaissez pas un bon ophtalmo qui prend rendez-vous avant un an ?

    – Docteur je viens pour 4 mois, vous voyez, je ne viens pas pour rien.

    Il me semble que le discours du patient a changé « un peu, non ?

  • Dr Sangsue :

    @ Emmanuelle – il y a une erreur dans la dernière ligne :

    – Docteur je viens pour 4 « petites » choses, vous voyez, je ne viens pas pour rien.

    la génération « montante » a entre 20 et 30 ans.

    48 ans, cela fait 20 ans de plus, c’est hors jeu, désolé.

  • Gwen :

    Perso, à l’écrit, je peux utiliser gygy comme j’écris SF ou doc pour le docteur. C’est + rapide. A l’oral, je parle + de gynéco, et dans la vie, je préfère voir une sage-femme. Je ne me sens pas infantilisée pour autant.
    Tout le monde n’aura pas le même rapport à un mot, une abréviation ou un diminutif qu’il utilise, de même qu’un oeil extérieur à une conversation n’y verra pas forcément la même chose qu’un autre.

  • lalie :

    Merci Borée pour ce billet qui fait réfléchir (et parler!)
    Je n’ai jamais utilisé ce terme mais je n’avais pas réalisé non plus à quel point il a une conotation infantile. A chacun/chacune de décider si il/elle y voit une marque de soumission ou pas. Je reste persuadée que les mots que nous utilisons ne sont pas neutres, même sans faire de la psychologie de comptoire :-)

  • Ephy :

    Bonjour,
    Je viens de lire votre blog (oui, tout… fallait pas?), en commençant bien sûr par le dernier post. Avec ma mémoire, cela signifie que je ne vais pas y répondre spécifiquement, histoire de ne pas répondre complètement à côté de la plaque…
    Mais je voulais néanmoins vous remercier pour le travail que vous accomplissez. Beaucoup des problèmes que vous soulevez, je les ai rencontrés (aussi bien avec mon généraliste qu’en gynéco… soit dit en passant, je n’avais jamais entendu utiliser le terme « gygy » qui est assez effrayant). Alors, d’une part, merci pour toutes ces informations précieuses qui font réfléchir.
    D’autre part, merci de redonner confiance en la médecine. Donc, ça existe, des généralistes qui voient leurs patients plus de 15 minutes et qui prennent le temps de les écouter? Qui ne disent pas « mhm » puis changent de sujet quand on parle d’un « bête » mal de dos?
    Dans ma petite Belgique, les problèmes du quotidien sont souvent bien semblables à ceux qu’on peut recontrer en France, bien que le système, en soi, soit différent.
    Merci donc pour tout ceci :) Je continuerai à vous lire !
    (Et désolée pour la tartine, je suis une grande bavarde)
    Bien à vous,
    Ephy

  • Finlandaise1 :

    Merci Borée, merci, merci, et encore merci ! Je suis entièrement d’accord avec vous, seulement je préfère qu’un(e) Français(e) le dise. De la part d’un médecin, c’est encore mieux ! Vous n’avez pas à vous excuser, vous dites toute la vérité. Je suis finlandaise, j’habite en France depuis des années, et globalement je trouve que la médecine française est d’un très haut niveau, et je n’ai que de bonnes expériences, tant qu’il s’agit de soigner des pathologies. Par contre, quand j’ai découvert l’univers de la gynécologie -et surtout de l’obstétrique- ça a été un choc. La grande majorité des femmes françaises ne comprennent même pas à quel point elles ont un rapport infantile et débile à leur « gygy ». Les pires, eh oui désolée de le dire, sont justement celles qui échangent sur divers forums grand public, surtout sur le fameux Docti. C’est vraiment la « France d’en bas » dans toute sa splendeur. Les pauvres s’imaginent par ex que plus on leur fait des touchers vaginaux, mieux le bébé se porte (en réalité les statistiques internationales prouvent le contraire !). Plus on les humilie, plus elles en redemandent parce que c’est sûrement bien pour elles et leur « BB ». Elles n’arrivent même pas à écrire leur langue maternelle correctement, et leurs conversations de sortie d’école sont le reflet parfait de leur univers palpitant. Oui je sais, ce n’est pas gentil de dire ça, mais c’est la vérité. La seule circonstance atténuante que je leur trouve, c’est que leur ignorance n’est pas entièrement de leur propre faute, et bien sûr je comprends aussi qu’en cette période de crise économique, elles ont bien d’autres préoccupations que le respect de leur personne. Mais quand même… Voilà Mesdames, maintenant vous savez à quoi je pense vraiment quand je vous voie devant l’entrée de l’école et quand je réponds à vos réflexions de cruche par un sourire poli… A demain, mes nunuches !
    PS : Une fois j’ai même été victime d’une vraie aggression sexuelle à la maternité, voilà maintenant vous savez ce que vos « gygys » et vos « anesth' » font à une dame qui ne régresse pas. C’est trop tentant, apparemment ! Et que dire de l’attitude de régression-domination-infantilisation qu’entretiennent les justiciables avec le monde de la Justice…! La il y aurait bien d’autres billets à écrire, sur d’autres sites. Encore une fois, désolée.

  • Brunel :

    j’ai mal aux joues tellement j’ai ri à lire cet article. Merci

  • Emmanuelle :

    Merci à Finlandaise 1, c’est aussi ce que je pense.

  • Eve-Claire :

    Cher Borée… MERCI.

    Juste merci. Vous avez mis les mots sur un ressenti que j’avais depuis longtemps, en tant que femme, sur l’usage de ces mignons diminutifs absolument inappropriés.

  • Vieux potard :

    Je me suis arrêté aux commentaires du 25 septembre, mais… si son gynéco s’appelait Gilbert, tout simplement ?

    Dans l’article « suicide médicalisé », j’ai connu des médecins qui « photocopiaient » leurs ordonnances (manuscrites) tous les mois pour des patients en ALD avec antidiabétiques, anti cholestérol, et bien entendu pas de régimes. Ces braves personnes s’épanouissant de mois en mois.
    J’ai aussi connu un nonagénaire qui supprimait de son ordonnance la moitié des médicaments prescrits et qui, néanmoins, « pétait la santé ».

    Dans un autre ordre d’idées, j’ai lu il y a quelque temps que CMU veut parfois dire « Cinq Minutes Uniquement ». Heureusement, chez une minorité de vos con(frères).

  • Caroline :

    entièrement d’accord, hormis que cette expression m’agace fortement, je ne la comprends pas. C’est infantilisant et niais. En même temps, en terme d’expressions et d’abréviations, sur le net comme en SMS, on fait très fort avec les lol, MDR, PDR…
    Pour l’anecdote, étant infirmière, pour moi MDR, c’est Maison De Retraite (quand le patient sort, on note départ en MDR). Les premières fois que j’ai vu écrit MDR, j’ai bien compris qu’on parlait pas de la même chose mais j’ai pas compris de quoi parlaient les gens jusqu’à ce qu’on m’en fasse une traduction!!!

  • joëlle :

    Je suis gynéco et j’ai déjà remarqué ce petit nom charmant dont les femmes nous affublent parfois. Loin de penser qu’elles se mettaient ainsi en position infantile, de soumission ou de lèse-féminisme, je trouve au contraire que c’est plutôt affectueux et que cela nous fait descendre de notre piédestal. Je pourrais même trouver ce diminutif un brin irrespectueux ( vis-àvis de la fonction, et non de notre personne), voire méprisant quand les commentaires sur le gygy ne sont pas flatteurs. Un moyen de se réapproprier le savoir tellement à la mode dans les années 70. Et de déboulonner les statues. Plutôt féministe donc, à mon avis. Et un encouragement à justifier par notre pratique le respect et la confiance que nous font ces femmes au quotidien, par notre écoute et notre souci de dédramatiser les problèmes, petits ou grands qu’elles rencontrent. Pas si facile d’être une bonne gygy, sans oublier d’être aussi une bonne Gynécologue.

  • ausecours :

    J’ai trouvé la solution: je ne l’appelle plus depuis longtemps et je me débrouille avec ma généraliste. Maintenant, j’ai un problème, je suis obligée d’en rappeler un ou une et ça m’effraie. J’ai peur qu’encore une fois on ne m’écoute pas, qu’on ne me prévienne pas d’éventuels effets secondaires, qu’on me dise de continuer ma pilule même si je dis qu’elle ne me convient pas, ou pire, d’être expédiée à l’hôpital à cause d’une erreur médicale, c’est aussi arrivé. Si on pouvait me conseiller en messagerie privée une personne compétente, je lui en serais infiniment reconnaissante.

  • El diablo :

    Bonjour,
    Petit extrait de doctissimo ça me fait hurler ! :@

    Au-delà de votre première consultation, le médecin pratiquera un examen gynécologique. Il vous demandera de vous déshabiller entièrement et de vous allonger sur sa table d’examen.
    http://www.doctissimo.fr/html/sexualite/hygiene-feminine/articles/se_6718_consultation_gyneco_02.htm

  • Mme Raoul :

    Bonjour, j’ai repensé récemment à votre post suite à un RDV pourri chez le doc (un MOMO, pas un GYGY). J’émets une autre hypothèse maintenant sur la dénomination pourrave : il s’agit de faire redescendre le médecin dans le champ humain.

    J’en parle là si vous avez le temps et l’envie : http://raouletjosianne.canalblog.com/archives/2012/10/17/25357485.html

  • Ludivine :

    Oh mais que je suis d’accord avec vous ! Insupportable cette appellation !

  • Viobi :

    Merci Borée. Je radote, à chaque fois que je poste un commentaire, c’est « merci Borée ». Souvent aussi quand je n’en poste pas.
    Moi aussi, les gygys (et leurs lulus et tout ça) me font hurler. Beaucoup plus que les zozos, parce qu’à tout prendre, faire dans la familiarité gagatisante avec les spermatozoïdes de son cher et tendre, ça peut être drôle, surtout quand on espère de leur intervention un résultat qui tarde à venir (et autant que je sache, c’est bien le seul cas où on les mentionne).
    Dans le même ordre d’idée, la « péri » et surtout « l’épisio » (et même, la « petite épisio »?!? si, si, authentique) m’ulcèrent les yeux et les oreilles, je ne parlerai même pas de mon estomac. Infantilisation, ô combien. Prenez-vous pour des adultes, mesdames, si vous voulez qu’on vous considère un jour comme telles.
    J’en parlais un jour dans un article intitulé « Cachez cet orgasme que je ne saurais voir », si ça dit à certains de jeter un oeil. [url]http://editionsduhetre.fr/?p=64[/url]

  • Wildcarrot :

    Mouarf.

    J’en ai fait psypsy dans ma lolotte

  • Biboune :

    Génial ce blog !! Enfin quelqu’un qui revendique cette niaiserie ! la première fois que j’ai atterrit sur les forums de pma j’ai cru qu’on parlais chinois !! et comme une imbécile qui débarque pour la première fois sur un tchat et qui voit des lol, mdrr, et ptdrrr j’ai demandé ce que voulais dire zozos ?? les « rrrrrrrrrrrr » « brybry » « gygy » encore j’avais compris mais je trouve ça tellement cucul et surtout concon (pour rester dans le contexte)!! merci merci et encore bravo :-))

  • La Tellectuelle :

    Tiens, ça faisait un bail que je n’étais pas venue chez vous.

    Étant à l’origine de la discussion sur Twitter où était apparu le fameux « gygy » (que je n’utilise pas, pour ma part), ayant lu avec difficulté les remarques sur « les filles » qui écrivent »gygy » et me sentant donc englobée dedans, j’avoue que je prends le post complètement contre moi.

    Ce qui est ridicule, j’en conviens, puisque je n’utilise pas ce terme. Mais c’est ma discussion qui avait déclenché cette « mise au point » englobant « les filles » (et donc moi).

    Et finalement, se faire « mettre au point » par le médecin gé (ça, j’ai le droit ou pas ?) qu’on suit sur Twitter, n’est-ce pas revenir encore une fois à cette forme d’infantilisation ?

    Bref, je me rends compte que finalement, tout ceci (relation au médecin, relation virtuelle avec les médecins blogueurs) n’est pas très clair pour moi.

  • Corinne :

    je suis animatrice sur docti, et personnellement les abreviations me saoulent et cela fait 3 ans que je suis sur ce forum

    gygy, dudu, etc, etc, pour moi, c’est du language sms ! et quand on doit lire, relire 2, voir 3 fois un post pour comprendre ce qu’explique la personne, non, faut arreter.
    au debut, je ne comprenais meme pas de quoi les femmes parlaient.

    quand il y a 10, 20, 30 posts où c’est écrit abrégé, là, je declare forfait
    est-ce si compliqué de parler français, est-ce si compliqué de dire au minimum  » gyneco » ?

    dans peu de temps, va falloir prendre des cours de stenographie pour comprendre ce qu’on raconte sur un forum..

  • Corinne :

    je viens de me rendre compte en me relisant que je finis par abrégé les mots
    c’est animatrice sur Doctissimo, pas docti..

  • la sorcière :

    Bon, j’ai lu l’article du coup, et je ne peux que valider (tu as tuer plein de bébé chats dans le monde, effectivement)…

  • lambertine :

    J’ai pensé à vous en lisant les commentaires de l’article de Rue 89 sur les dangers de la pilule. Le terme « gygy » y revient régulièrement.

  • Dumont-Lang :

    Merci pour cet article. J’ai consulté ces forums au tout début de ma grossesse, quand m’a gynécologue m’a fait part de ses craintes d’une grossesse extra utérine…Ce n’était pas le cas, heureusement, mais j’ai bien flippé pendant une semaine! Mais je pense qu’au delà du terme qui infantilise celles qui l’utilisent…qui s’auto infantilisent en fait, il y a une autre problématique. Celle du temps. Parce que si je suis allée sur ce site, c’est parce que je n’ai pas eu de réponse à mes questions et angoisses. Parce qu’on m’a dit « Il y a un risque de GEU, Madame, on se revoit la semaine prochaine ». Pan dans les dents, débrouille toi avec ça ma grande!
    Et tout au long de ma grossesse qui s’est finalement parfaitement déroulée, j’ai eu le sentiment que si j’avais pu enlever ma culotte dans la salle d’attente pour faire perdre moins de temps à la gynécologue, ça aurait été quand même vachement plus sympa! En revanche, quand la gynécologue, puis l’interne en gynécologie, puis l’étudiante sage femme m’ont fait chacune leur tour un toucher vaginal ultra douloureux sans qu’on me demande si ça ne me dérangeait pas…là il y avait du temps. C’est bête, si on me l’avait juste demandé, j’aurais dit oui…ma soeur est sage femme, je sais bien qu’il faut apprendre. Mais quand même, ça prend 4 secondes de juste demander son accord à la patiente! Conclusion avant que je ne m’égare sur toutes mes aigreurs du suivi de grossesse à l’hôpital: si les femmes consultent ces sites, si elles y échangent tant, c’est souvent parce que les médecins, « gygy », « pépé » ou tout ce que vous voudrez, ne leur laissent pas le temps de poser les questions qui les taraudent!

  • Flo :

    Franchement merci pour ce billet je suis totalement d’accord
    ! Je suis une femme et à moi aussi le mot « gygy » (que je n’ai jamais utilisé) me donne envie de sacrifier des poulets!
    A croire que parce que on est obligée de se prendre des spéculum lors des examens on aurait une « sorte de relation » avec le gynéco, que parce qu’il nous « pénètre » avec ses instruments il ferait partie de notre vie intime…

    Signée une fille en colère contre les gynécos qui va entreprendre d’en trouver un « bien » en tout cas respectueux, pas comme le connards qui m’appelais « ma belle, ma chérie » et me caressais les cuisses une fois que j’étais bien installée ne position gynécologique.

  • Princesse Strudel :

    Bonsoir,

    Merci pour ce billet davoureux. Je decouvre votre blog via celui de la Poule Pondeuse et vais me plonger dans les archives.

    A l’allergie aux « zhom », « gygy » et autres « clomidettes », je me permets de rajouter un ahurissement sans bornes face aux femmes qui ont, non pas leurs regles, mais leurs « ragnagnas », leurs « reds », leurs « vilaines » ou leurs « rrrrrrrrr »… L’avantage, c’est que cela permet de faire assez facilement le tri entre les billets interessants (a mes yeux du moins) et les echanges « kikoo lool » souvent un peu moins argumentes…

  • Julie :

    Bravo ! J’ai fréquenté des forums récemment pour me rassurer sur qq chose en attendant le jour de mon rendez-vous chez le gynéco et je me suis dit exactement la même chose (un chaton meurt chaque fois). Utiliser un mot « mignon » pour un spécialiste de votre intimité, je comprends pas…

  • Docteur Gérard SALAMA : Confidences d’un gynécologue « Lirez-vous ? :

    […] dans l’ensemble et très léger, il aborde le quotidien d’un gynécologue parisien ou gygy comme ils sont renommés par le web. Truffé d’anecdotes souvent drôles, parfois tristes ou […]

  • Clarisse :

    Aaaaaah. Ca fait plaisir de lire ce genre d’articles. En cherchant des infos sur l’obstétricien qui va m’accoucher, au tout début de ma grossesse, j’ai été effarée de lire les commentaires sur les forums: les femmes se surnomment « filles », elles parlent de leur « gygy » (on dirait un cours d’éducation sexuelle pour enfants dispensé par un adulte un peu con), et une bonne dizaine d’entre elles s’échangeaient des infos du genre: « je crois qu’il est célibataire, en fait il veut pas d’enfant mais bon il a surement une copine, etc ».
    Qui? Ce médecin de cinquante ans qui m’examine et me commente mes échographies?
    Il n’a pourtant pas une tête de bisounours…

  • Babsou :

    Moi je me demande ce qu’elles font ces femmes des dixièmes de secondes gagnées à écrire « gygy » plutôt que « gynéco ». Peut-être qu’elles utilisent ce temps durement gagné pour réfléchir à tous ces petits chatons morts par leur faute.
    Sinon je suis assez d’accord avec cet article. On a clairement l’impression de lire des femmes qui cherchent à se faire passer pour des gamines sur des sujets où ça n’a pas lieu d’être.

  • l'elfe :

    Merci parce que moi aussi quand je lis « gygy » mes yeux saignent.
    Avec d’autres choses j’ai l’impression que cela participe à l’infantilisation des femmes, en particulier autour de la grossesse et de la maternité. Si tu cherches des infos sur la nutrition pendant la grossesse par exemple, on va te parler de « bien manger pour que Bébé puisse pousser comme un charme » comme si tu étais une petite fille un peu neuneu qui cherche à être rassurée. On va te dire: mange pas ci, mange pas ça, fais ci, fais ça, sans jamais te dire le pourquoi du comment, parce que tu es sans doute trop idiote pour comprendre. On appelle ton fœtus « Bébé » (façon nom propre) comme si le mot fœtus était trop médical pour toi, et comme si tu avais besoin qu’on utilise un vocabulaire enfantin pour s’adresser à toi. On essaie de se « mettre à ton niveau » c’est à dire au ras des pâquerettes parce qu’apparemment, une femme c’est déjà pas bien malin, mais une femme enceinte… Et le pire c’est que les femmes contribuent à s’infantiliser elles-mêmes, à jouer les crucruches… Alors qu’on a surtout besoin d’une information médicale cohérente, de médecins qui nous écoutent, et d’un accès au soin adapté et basé sur la confiance (et pas de confiance dans un rapport de domination/infantilisation).

  • Réflexion | Et bzzzzzz la luciole ! :

    […] que les spécialistes devraient apprendre l’humilité ; ou encore Borée, qui parle des « gygy » ; mais aussi 10lunes, qui décrit notamment le mépris de certains pour sa profession de […]

  • Cécile :

    Ah, je ne suis pas la seule!!!!! Je n’arrive même pas à le lire et quand mes yeux se posent sur leur « gygy » qui revient très très souvent (si souvent qu’effectivement il a le statut d’un code de langage) mon cerveau lit « gynéco ». Je n’avais pas pris le temps de savoir pourquoi ça me dérangeait tant. Dr Borée a bien défini ce que j’avais aussi repéré.
    J’aimerais bien que les forumeuses changent ce terme. Leurs propos montrent bien qu’elles ne sont pas idiotes par ailleurs…

  • lil :

    tout à fait d’accord avec vous: cela vise à dédramatiser la visite chez le gyneco en en faisant une sorte de nounours bienveillant et est irritant pour le lecteur.

  • femmedetoubib :

    Bon sang, mais voilà que j’ai jamais pensé que le terme gygy pouvait choquer certains … franchement, j’ai beaux chercher ce qui y pourrai bien déranger autant et je ne trouve pas … on ne dit quand même pas j’ai un bobo je vais voir le gygy ! Ayant participé à pas mal de discussions sur le web pendant mes grossesses j’ai pas mal employé ce terme moi aussi et plus que m’infantiliser ou dédramatiser quoi que ce soit ( où il n’y a pas de drame il n’y a pas de dédramatisation ) je vois « gygy » plutôt comme une forme de mettre ces médecins parfois assez distants et laconiques à leur place ,celui qui connait « sa » médecine mais moi je connais mon corps … car rien de plus « sur de lui » qu’une gynéco qui suit une grossesse et c’est un peu en souriant de leur suffisance qu’on les appelle gygy …
    Mais bon, on a tous des mots qui agacent et on cherche les arguments qu’on peut pour justifier cela … cela ne veut pas dire que de tels arguments soient vrai ;-)

  • femmedetoubib :

    je m’excuse pour les fautes de frappe… et sûrement de français … ;-)

  • Blandine :

    Merci de votre article.

    Malheureusement « gygy » n’est vraiment pas le pire …

    il y a « pépé » aussi – non pas le pénis, ni l’aieul … non « pépé » c’est le pédiatre – fallait deviner …

    et tout le reste … lire les noms de nombre de forums et sous forums peut être à lui seul un long poème à l’infantilisation et au nivelage par le bas …

    ça fait du bien de lire de tels mots sous la plume d’un médecin.

  • Savoir dire STOP :

    Tout a fait d’accord , c’est « insupportable » d’entendre ce mot « gygy », comme si l’appellation de « gynécologue » était un tabous! Mais ça en reviens pour bcp d’entre elles d’accepter tout et n’importe quoi de la part de leur cher « gygy », mesdames, vous avez un cerveau, servez vous en !

  • gynécologue lyon :

    Ce n’est effectivement pas la première fois que l’on appellera les professionnels par des petits pseudos. Après, c’est chacun ses goûts. Pour ma part, je n’aurais jamais pensé à appeler mon gynéco «gygy» et même avec le temps, je ne suis pas sûre de m’y habituer !

  • La reine de la pma :

    J’arrive 2 ans après la bataille, mais juste un bref petit mot pour dire que je suis d’accord avec vous et ce côté infantilisant de ce terme de gygy, au même titre que bidou pour parler du ventre. Patiente de PMA depuis 2 ans, je ne me suis jamais reconnue dans ces forums, d’où la création de mon blog pour échanger avec d’autres patientes sur ce sujet délicat de la PMA.

Laissez un commentaire