Lettre à Harry

Cher Harry,

Je te fais ce petit mot pour te dire simplement que je t’aime bien. Tu es un patient très agréable.

Déjà, tu es quelqu’un d’impliqué : nous discutons ensemble des décisions concernant ta santé. C’est très motivant pour moi.

Il est vrai que tu as un bon niveau socioculturel, comme on dit, et que ça m’oblige à défendre solidement ce que je te propose. Encore que je me mette peut-être plus d’exigences que tu n’en as toi-même.

Un patient impliqué, mais pas chiant non plus. Tu sais rester en retrait, juste ce qu’il faut. Quand j’ai des arguments clairs, tu me fais confiance. Plusieurs fois, tu m’as répété :

– C’est vous le médecin, je vous laisse décider.

Parfois, tu n’es pas d’accord avec ce que j’envisage. Tu me le dis clairement, nous en discutons, nous trouvons un terrain d’entente. Comme la fois où je t’ai proposé de consulter un cardiologue. Tu n’en avais jamais vu et avec ta tension, ta clope… Tu m’as répondu :

– Vous m’avez déjà fait un électrocardiogramme, qu’est-ce qu’il me fera de plus que vous ?

Ce n’était pas une flatterie, juste un constat neutre. J’ai bien tenté :

– Une épreuve d’effort, ça serait bien.

Mais tu m’as répondu :

–  Et avec tous les travaux que je fais dans ma maison, vous ne croyez pas que je la fais tous les jours, cette épreuve d’effort ?

Ce n’était pas vraiment faux et je n’ai pas insisté.

Je sais que ce n’est pas la peine de t’emmerder si je n’ai pas de solides raisons pour ça. Comme la fois où tu m’as dit que tu avais enfin arrêté de fumer. Mais que tu continuais à t’offrir trois cigares par semaine, en essayant de ne pas trop inhaler. Je t’ai félicité. Et je t’ai foutu la paix pour tes petits écarts. Tu n’avais pas besoin de moi pour savoir que zéro c’est mieux.

Ah ça ! Il faut le reconnaître, tu es un patient agréable. L’inverse de ce que la plupart des médecins diraient de leurs patients enseignants. Ou, pire, des autres professionnels de soins.

C’est vrai : quoi de plus pénible à soigner essayer de soigner qu’un autre médecin ? On avait même évoqué le sujet lors d’une de nos conversations, tous les deux.

Ce n’est plus de l’art, ça devient de la magie ! Il faut deviner ce qu’il ne dit pas puisqu’il croit qu’on le sait déjà, ce qu’il sait et ne sait pas, pour ne pas donner l’impression qu’on le prend pour un ignare tout en lui fournissant une information médicale complexe. Et partir du principe qu’il s’automédique en dépit du bon sens scientifique ! (1)

Combien de témoignages de médecins qui font pour eux-mêmes ou pour leurs proches ce qu’ils ne feraient jamais pour leurs patients ? A croire que, dès que l’on est impliqué personnellement, on abandonne toute rationalité.

Et lorsque l’on se décide, dans un moment de lucidité, à confier sa santé ou celle de ses enfants à un autre médecin, il nous est insupportable de renoncer à interférer avec le soin. On pose des questions tordues, exigeant des réponses impossibles que l’on serait bien en peine de fournir nous-mêmes, on bidouille les traitements (2), on arrange à notre sauce, on rajoute une ligne sur la prescription de prise de sang, on se plonge dans la littérature, on demande un second avis, des fois que… Pour se retrouver, bien évidemment, avec trois opinions différentes : celles des deux confrères et la sienne.

Quand je vois parfois comment je me comporte avec le vétérinaire pour mes animaux, je me fais peur pour le jour où j’aurais un pépin sérieux.

Non, vraiment, soigner un médecin, c’est l’enfer ! Tout l’inverse de toi.

Donc, voilà, je voulais simplement t’écrire ces quelques mots pour te remercier.

Et pour t’avouer que tu m’intimides un peu, quand même.

Lorsque tu me dis que tu me fais confiance et que tu me laisses décider, je me sens parfois bien petit.

Bien humble face à toi qui, jusqu’à ta retraite il y a deux ans, dirigeait le service de néphrologie d’un hôpital anglais.

Si un jour, j’ai besoin d’un autre toubib pour s’occuper de ma petite santé, ce serait pas mal que j’arrive à jouer le jeu comme toi tu le fais.

Merci Confrère.

(1) Ce paragraphe est une citation de mon ami Jean-Marie Vailloud dans un commentaire qu’il faisait sous son propre billet « Syndrome MGEN ». Je n’ai trouvé aucune manière de mieux dire les choses !
(2) Tout récemment, je devais prendre moi-même une gélule d’oméprazole 20 mg. Ayant trouvé au fond d’un tiroir une boite périmée depuis 2010, j’ai résolu la question en gobant trois de ces gélules périmées d’un coup. Attitude assez irrationnelle que je ne saurais recommander à aucun de mes patients.
La photo illustrant ce billet est utilisée sous licence Creative Commons. Elle est tirée du blog de Richard Vantielke.

12 commentaires à “Lettre à Harry”

  • sophie :

    Je vais lire le « syndrome MGEN », ça me parle beaucoup !

  • docteurmathieu :

    La réponse est là : il s’agit d’un confrère / patient ANGLAIS. J’ai quelques patients anglo-saxons : leur comportement est fort différencié de celui du patient français, lequel est plus enclin à la relation de type paternaliste (avec petits mensonges d’un côté, culpabilisation de l’autre, etc…).

  • Anerick :

    C’est ce qu’on appelle avoir de l’élégance !

  • mounblue :

    Dans la lignée des patients « exigeants » diront nous, je rajouterai les avocats procéduriers et les ingénieurs qui posent presque autant de questions que les enseignants, c’est pas facile de rester sûr de soi face à des interrogations qu’on peut avoir soi même mais auxquelles on n’a pas forcément de réponse.

  • HTL :

    Un beau texte empreint d’humanité. Mais j’aurais dit à Harry: une épreuve d’effort ce n’est pas juste faire un effort qui porte notre fréquence cardiaque à plus de 85% de la FMT, c’est surtout enregistrer un ECG pendant cet effort afin d’en détecter des modifications pouvant orienter vers une sténose coronaire. Et donc que son épreuve d’effort ne serait complet que si l’on pouvait disposer d’un tracé ECG réalisé pendant qu’il fait ses travaux dans la maison… 😉
    Confraternellement.

  • LAVOT :

    60 ans cette année , 32 ans de Medecine Generale et 4 « gros pepins  » de sante qui m ‘ont appris la seule attitude à adopter en tant que Patient/Medecin à preciser des le debut ; « considerez moi comme un patient lambda et oubliez ma profession comme je vais le faire » …. mais ce n ‘est pas inné , ce travail sur soi est non seulement indispensable mais aussi tres enrichissant pour la pratique professionnelle en aval. Bonne journée à tous

  • docmam :

    Me souviens en stage chez le praticien d’une femme venu pour une simple infection urinaire. Elle avait posé plein de questions, écouté soigneusement les explications, suivi le traitement à la lettre, elle n’avait pas osé s’automédiquer.

    Une fois sortie, mon praticien s’est tourné vers moi avec un petit sourire « tu sais, jusqu’à l’année dernière, c’était la chef de service de réanimation du CH de la ville »

    Et de l’autre côté, en tant que patiente, je crois que j’ai beaucoup apprécié les fois où mes interlocuteur ne connaissaient pas ma profession : pas de préjugé, j’ai pu être une patiente à part entière, poser des questions « stupides », avoir peur, avoir mal, sans avoir l’impression d’être jugée parce que j’étais médecin…

  • docmezhoud :

    La différenciation mentionnée entre le patient francophone et anglophone est juste et expérimentée de mon côté

  • Mélanie :

    Tiens je vais le lire aussi le « syndrome MGEN », étant moi-même affiliée à cette mutuelle par ma mère (qui n’est pas du tout prof). ^^ Etant un peu « cataloguée d’office » quand les soignants voient MGEN, autant me renseigner (bien que pense connaître les grandes lignes de cette « pathologie »…). 😉

  • Lazuli66 :

    Je confirme que pour un véto, rien de plus pénible à soigner que les animaux des professionnels de santé. 🙂

  • Yalcin :

    Doit-on retenir qu’un omeprazole 20mg non périmé= 3 omeprazoles périmés ? 😀

    Tes articles sont extras et il y a presque toujours un passage pour nous faire sourire.

    Bonne continuation.

  • guillaume :

    Super de rapeller que c’est très dur de parler comme un patient quand on est soi-même un médecin, dur aussi pour les proches qui n’ont pas souvent d’interlocuteur comme un médecin généraliste , pour se faire expliquer les tenants et les aboutissant de la maladie et des traitements ( hépatite C chronique avec cirrhose, puis antiviral ,etc..)

Laissez un commentaire