18 Mar 2013

Fin de partie

PassageVoici quelques mois que je me demande comment je formulerai ce billet, ce que j’y dirai ou pas…

Dans 3 mois, je vais cesser mon activité et fermer mon cabinet. Je viens de coller une affiche sur la porte pour avertir mes patients.

Voilà.

Une perspective qui mûrissait depuis un an. Une décision depuis 9 mois.

Des raisons personnelles et professionnelles. Des motivations négatives et positives.

Sur le plan privé bien sûr. Je crois avoir suffisamment goûté d’un tel isolement. Les cinémas à 40 minutes, la gare principale à 1h20, les grandes villes à plus de 2 heures de route, le réseau téléphonique mité, la connexion ADSL anémique, ça commence à bien faire.

Et puis mon homme a des projets qu’il ne pourra pas envisager ici. Déjà qu’il se tape 2 heures et demie de voiture tous les jours depuis des mois, je ne vais pas lui demander de se sacrifier pour moi en continuant comme ça, ad vitam. Nous avons donc décidé de nous rapprocher d’une grande ville.

Et puis il y a les raisons professionnelles.

J’aime toujours la médecine générale, ce n’est pas le problème. Et j’aime en particulier mon exercice ici, à la campagne, riche et varié.
 Mais je dois bien reconnaître que, malgré la superbe maison médicale dans laquelle je suis, je commence à me fatiguer d’un environnement professionnel assez peu stimulant.

J’ai des relations cordiales avec mes confrères du secteur, mais, à une exception près, pas grand-chose à partager. Je ne les ai jamais vus aller en formation, même pour une seule journée. Aucun groupe de pairs, aucun groupe Balint à moins de 50 km.

Tout comme je me lasse d’un exercice qui finira un jour par tourner en rond faute d’évoluer.

Ainsi, il y a quelques patients pour lesquels, au bout de 8 ans, je ne sais plus vraiment quoi dire ou faire pour avancer. Sentiment de coller toujours les mêmes rustines sur une chambre à air qui fuit de partout. Oh, je n’aurais pas demandé à en être débarrassé ! Mais si quelqu’un avait pu poser un regard neuf pendant quelque temps, ça aurait été bien. Quitte à ce que je reprenne la main ensuite.

Si encore j’avais des stagiaires régulièrement… En cinq ans de maîtrise de stage, j’ai eu un unique interne. Trop éloigné de la Fac, les étudiants hésitent à faire autant de route, ce que je peux comprendre. Quant aux enseignants du Département de Médecine générale, ils fonctionnent entre eux, se répartissant volontiers cette main d’œuvre et rechignant visiblement à la partager.

Je dois bien reconnaître également (source de honte ou bien de fierté ?) que ma manière de travailler me pose un vrai problème financier. Une patientèle très âgée, polypathologique (30 % de mes patients sont en ALD) et « bien éduquée » à ne pas venir pour les petits bobos, ce sont des actes de plus en plus longs et peu rentables. Un seul motif médical par consultation ? C’est l’exception.

J’ai déjà parlé de mes revenus, je sais que je ne suis de loin pas le plus à plaindre. Mais voir mon bénéfice stagner depuis 4 ans ou hésiter à prendre des congés parce que c’est à chaque fois un gros trou dans la caisse, j’en ai un peu assez. Un nanti ? En 8 ans, nous sommes vraiment « partis » en vacances… 2 fois. Le reste c’était une semaine en famille de temps en temps, rarement. Quelques week-ends prolongés. Me dire que je dois vraiment faire gaffe à anticiper le changement de ma voiture qui a dépassé les 250 000 km, tout en faisant des semaines de 55 heures, c’est qu’il y a un truc qui cloche.

Et surtout, surtout, je préfère, un peu égoïstement, fuir avant la catastrophe.

Je suis très pessimiste pour les 15 prochaines années dans des secteurs aussi isolés que le mien. Le canton n’est pas encore désertifié, mais je sais que ça arrive. La majorité des médecins des environs a passé la soixantaine. Ils partiront bientôt à la retraite et je sais qu’ils n’auront pas de successeurs.

Hors de question de commencer à faire de la médecine industrielle et de l’abattage. Hors de question aussi de me sacrifier en passant à des semaines de 80 heures et en renonçant à toute vie personnelle.
 Ma seule alternative avant que le désert ne gagne : la fuite.

Des raisons positives également.

Avoir noué des contacts via le blog et Twitter a été une vraie bouffée d’oxygène dans ma pratique de tous les jours. L’occasion aussi de rencontrer d’autres médecins avec qui je me sens vraiment en phase, des médecins avec qui, si nous devions travailler ensemble, je pourrais me dire en partant le matin « Super, on va passer une bonne journée avec les copains ! »

Je sais que je me réinstallerai dans un cabinet de campagne. Dans une « campagne » qui sera à 20 ou 30 kilomètres d’une grande ville, pas plus. Et, comme l’a dit ma copine Fluorette, je sais à présent qu’on peut peut-être s’installer n’importe où, mais pas avec n’importe qui. En tout cas, je n’ai plus envie de travailler dans d’autres conditions.

Dans mon futur « cabinet idéal »…

  • Nous serons des médecins partageant une vision similaire de notre métier, dotés des mêmes exigences humaines et scientifiques. Autant que possible, nous serons interchangeables pour nos patients.
  • Interchangeables pour pouvoir être, par exemple, à 4 ou 5 sur un équivalent de 3 « temps pleins ». Ce qui permettra d’organiser notre temps de manière souple : loisirs, vacances, formations, enseignement, missions à l’étranger ou 2 semaines de remplacement dans une autre région histoire de changer un peu. En tout cas pas l’obligation absolue de garder la tête dans le guidon, année après année.
  • Interchangeables, mais, autant que possible, forts de différents domaines d’excellence afin de pouvoir, collectivement, offrir la meilleure prise en charge globale à nos patients.
  • Et dans l’idéal de l’idéal, des associés avec qui nous serons suffisamment en confiance pour mettre en place un partage des honoraires en fonction du temps de travail passé. Pas de rancoeurs : ceux que les patients « lourds » effraient pourront se concentrer sur les actes techniques ou les consultations plus rapides. Moi, je leur laisserai la médecine du sport qui m’emmerde et je continuerai à faire ce qui leur fait peur et que je maîtrise bien : la synthèse pour les patients diabétiques-cardiaques-insuffisants rénaux-dépressifs. Je râlerai beaucoup moins de mes actes à rallonge et, dans le même esprit, je mettrai les forfaits annuels dans le pot commun puisque ce sera bien une prise en charge de groupe.

Dans l’immédiat, j’ai besoin de changer d’air.

J’avais une chouette aventure de prévue, mais la vie réserve parfois des surprises et s’amuse à venir jeter des obstacles sur une route bien tracée. Du coup, je ne sais pas vraiment ce que je vais faire dans les prochains mois. Mais je ne suis pas inquiet. Si une porte s’est fermée, il y en a bien d’autres à ouvrir.

Quant à ce blog, que va-t-il devenir ? Je ne sais pas. Beaucoup dépendra de mes futures activités. Si elles sont compatibles avec la préservation de mon anonymat, je continuerai à écrire et, sinon, je me mettrai en sommeil, mais pas sans vous avoir dit au revoir.

Au fait ! Si, malgré ce que je viens de dire, un médecin avait envie de reprendre un cabinet situé dans une superbe Maison médicale, au cœur d’une non moins magnifique région du Sud-ouest, avec une patientèle globalement adorable et des dossiers tenus par un adepte de Prescrire aux tendances obsessionnelles, qu’il ou elle me fasse signe ! Ce serait une bonne surprise.